Signaux radio de Covid19 comme nouvelle signature biologique

Dans leur récente publication « Non-chemical signatures of biological materials: Radio signals from Covid19? » « Signatures non chimiques de matériaux biologiques: signaux radio de Covid19? », plusieurs chercheurs des départements de physique des universités de Pérouse (Italie), de Boston (USA) et de Suisse proposent une autre stratégie contre l’infection virale par Covid-19 en utilisant les signaux radio émis par le virus comme nouvelle signature biologique afin de le neutraliser: https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/15368378.2020.1803081

Dans leur résumé de publication, les chercheurs montrent bien les nouveaux enjeux permettant d’avoir une stratégie beaucoup plus précise contre l’infection Covid19:

« Toutes les méthodes thérapeutiques traitant du coronavirus (passé et présent) sont basées sur des produits chimiques. Nous le testons chimiquement (positif ou négatif) et espérons le guérir avec un futur vaccin (une préparation chimique compliquée). Si et quand le virus mute, un autre ensemble de protocoles chimiques pour ses tests et une chasse aux nouveaux produits chimiques en tant que vaccin recommenceront encore et encore. Mais l’histoire de la médecine moderne (occidentale) nous dit que notre biotechnologie n’est pas si limitée. Il existe de nombreuses preuves scientifiques de signaux électromagnétiques sonores et de basse énergie produits par tous les éléments biologiques (ADN, cellules, bactéries, parasites, virus); à leur tour, les éléments biologiques sont également affectés par ces signaux non chimiques. Une analyse minutieuse et un catalogue du spectre de ces signaux non chimiques sont proposés ici comme signature biophysique unique.« 

Face à un changement de paradigme inéluctable, on peut comprendre les réactions incontrôlées de ceux qui voient d’un mauvais œil une solution beaucoup plus simple, efficace et émergente en médecine et en biologie, fort bien résumé dans leur conclusion:

« Puisque le mode de communication de tout objet est évidemment ancré sur la capacité de stockage en mémoire de l’objet, nous avons estimé quantitativement la capacité d’information à la fois d’un ADN et d’une molécule d’eau. La valeur étonnamment élevée de la capacité d’information de l’eau est la véritable clé pour comprendre pourquoi l’eau est la quintessence de la vie.

L’évolution a conduit des formes de vie, des connexions microbiennes à nanofils aux communications cellulaires sans fil, chacune avec un spectre de fréquences unique en analogie avec le spectre atomique, la table de données nucléaires ou le recueil de structure hyperfine.

Par conséquent, notre proposition est d’augmenter le génome qui est un catalogue biochimique purement statique avec un catalogue ou un registre du spectre de fréquences des formes vivantes de base. Celles-ci peuvent fournir notre seul espoir de juger des cas classés asymptomatiques par analyse chimique. »

Alors que l’immense majorité des cas actuels positifs à la Covid19 par PCR sont asymptomatiques, nous aurions alors une réponse beaucoup plus précise quant à la situation infectieuse de chaque patient tout en adoptant une stratégie thérapeutique totalement différente !

Bernard Sudan

Ex Chef de laboratoire en toxicologie et pharmacologie LabHead Ciba-Geigy, CIBA, Novartis, Bâle, 1975-2006 Research Nicotine as a hapten in seborrheic dermatitis, The Lancet, British Medical Journal, British Journal of Dermatology, Food and Chemical Toxicology, "Nicotine and Immunology" in Drugs of Abuse and Immune Function Ronald R. Watson ed. https://www.dermiteseborrheique.net https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/110720/dermite-seborrheique-et-fiasco-de-la-recherche-en-dermatologie https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/170818/de-1887-2020-l-effondrement-du-dogme-de-la-dermite-seborrheique https://www.bernardsudan.net/ https://www.youtube.com/channel/UCeQB3vdsKeZU-E0zORZr0vQ?view_as=subscriber