Repositionnement des psychotropes et antihistaminiques pour le traitement anti-Covid-19

Une récente publication a montré le potentiel anti SARS-CoV-2 de plusieurs molécules psychotropes et anti-histaminiques en utilisant une analyse chimio-informatique et après des observations cliniques permettant d’orienter une telle recherche: https://www.dovepress.com/chemoinformatic-analysis-of-psychotropic-and-antihistaminic-drugs-in-t-peer-reviewed-fulltext-article-AABC

Analyse chimio-informatique des médicaments psychotropes et antihistaminiques à la lumière des activités expérimentales anti-SRAS-CoV-2

« Méthodes: Les résultats du dépistage à haut débit du SARS-CoV-2 sont disponibles sur le portail NCATS COVID-19. Nous avons étudié l’activité antivirale in vitro de nombreux médicaments psychotropes et antihistaminiques à l’aide d’approches chimio-informatiques.
Résultats et discussion: Nous analysons nos observations cliniques à la lumière des résultats du dépistage expérimental du SRAS-CoV-2 et proposons que plusieurs médicaments psychotropes et antihistaminiques amphiphiles cationiques pourraient protéger les gens de l’infection par le SRAS-CoV-2; certaines de ces molécules ont des effets indésirables très limités et pourraient être utilisées comme médicaments prophylactiques. D’autres médicaments amphiphiles cationiques utilisés dans d’autres domaines pathologiques sont également mis en évidence. Des analyses récentes des dossiers de santé électroniques des patients rapportées par plusieurs groupes de recherche indiquent que certaines de ces molécules pourraient être intéressantes à différents stades de la progression de la maladie. En outre, des études de combinaison de médicaments récemment rapportées suggèrent en outre qu’il pourrait être intéressant d’associer plusieurs médicaments amphiphiles cationiques. Prises ensemble, ces observations soulignent la nécessité d’essais cliniques pour évaluer pleinement le potentiel de ces molécules, certaines s’inscrivant dans la catégorie dite des agents antiviraux à large spectre. Le repositionnement de médicaments disponibles par voie orale qui ont des effets secondaires modérés et devraient agir sur des mécanismes moléculaires moins sujets à la résistance aux médicaments serait en effet de la plus haute importance pour traiter le COVID-19. »

Les observations cliniques avaient déjà dès le début de l’année 2020 permis d’orienter la thérapeutique vers le repositionnement de plusieurs molécules comme la chloroquine et l’hydroxychloroquine: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7134866/

Chloroquine pour le nouveau coronavirus SARS-CoV-2 2019

alors que l’armée chinoise envoyait 70 kgs de chloroquine à l’armée française à cette époque !

https://www.bernardsudan.net/la-chloroquine-pour-le-piemont-et-larmee-francaise/

Le mode d’action de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine contre le SARS-CoV-2 avait été démontré en avril et mai 2020 par le Professeur Jacques Fantini (Université Aix-Marseille): https://www.bernardsudan.net/leffet-antiviral-synergique-de-lhydroxychloroquine-et-de-lazythromicine/

De plus, une autre molécule, l’ivermectine a également montré son efficacité contre le SARS-CoV-2 après des observations cliniques permettant d’initier de tels traitements: https://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1080/07391102.2021.1906750?needAccess=true

Aperçu mécaniste de l’activité inhibitrice de
Ivermectine approuvée par la FDA contre le SRAS-CoV-2: ancien
médicament avec de nouvelles implications

On peut ainsi constater que depuis le début de la pandémie Covid-19, d’anciennes molécules repositionnées étaient capables de sauver des millions de patients infectés alors qu’en parallèle des manoeuvres visant à promouvoir le remdesivir ou des anticorps monoclonaux coûteux et aux effets secondaires notoires ainsi que des thérapies vaccinales ou géniques hasardeuses s’avéraient désastreuses pour la santé publique !

L’histoire de la Médecine gardera en mémoire le plus grand scandale du 21ième que l’humanité aurait bien voulu s’épargner !

Bernard Sudan

Ex Chef de laboratoire en toxicologie et pharmacologie LabHead Ciba-Geigy, CIBA, Novartis, Bâle, 1975-2006 Research Nicotine as a hapten in seborrheic dermatitis, The Lancet, British Medical Journal, British Journal of Dermatology, Food and Chemical Toxicology, "Nicotine and Immunology" in Drugs of Abuse and Immune Function Ronald R. Watson ed. https://www.dermiteseborrheique.net https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/110720/dermite-seborrheique-et-fiasco-de-la-recherche-en-dermatologie https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/170818/de-1887-2020-l-effondrement-du-dogme-de-la-dermite-seborrheique https://www.bernardsudan.net/ https://www.youtube.com/channel/UCeQB3vdsKeZU-E0zORZr0vQ?view_as=subscriber