Psoriasis résolu avec une diète par élimination d’allergènes alimentaires

J’avais récemment résumé les travaux de Anna Barilo et Svetlana Smirnova concernant le lien entre allergies et dermatites séborrhéiques confirmant ainsi mes travaux publiés dès 1978 : https://www.bernardsudan.net/relation-causale-entre-lallergie-et-la-dermatite-seborrheique-deux-chercheuses-russes-confirment-mes-travaux-de-1978/ et dans une autre récente publication de juillet 2022, ces chercheuses russes viennent de démontrer qu’une diète par élimination d’allergènes alimentaires avait résolu le cas d’un patient atteint de psoriasis après avoir étudié ses multiples allergies confirmées par de nombreux tests allergologiques, notamment prick-tests et détermination des IgE totales et spécifiques : https://europepmc.org/article/med/36136950

On peut féliciter ces chercheuses pour leur recherche logique afin de résoudre ce cas de psoriasis alors que dans les pays occidentaux aucune recherche sur l’étiologie allergique de cette maladie de la peau n’a encore été initiée ! Il faut toujours chercher les facteurs causals dans un monde où les allergènes pullulent, ce que j’ai initié dès 1978 pour ma dermatite séborrhéique familiale avec l’allergène tabac et l’haptène nicotine : https://www.bernardsudan.net/la-presence-dhistamine-confirme-mon-etiologie-allergique-de-la-dermite-seborrheique-depuis-1978/

« Le psoriasis (PS) est une maladie multifactorielle avec un rôle dominant de prédisposition génétique, mais les questions d’étiologie et de pathogénie du PS restent ouvertes. Le développement du PS peut être facilité par des facteurs environnementaux, ainsi que par une violation de la barrière cutanée et un déséquilibre immunitaire. Dans la littérature de ces dernières années, une association dans la pratique clinique entre la PS et les maladies atopiques (dermatite atopique, asthme bronchique, rhinite allergique) a été de plus en plus signalée. En raison de l’augmentation de la prévalence des maladies allergiques dans le monde, un rôle particulier est donné à l’étude de la nutrition, en particulier l’allergie alimentaire dans le développement du PS. Un régime d’élimination d’allergènes alimentaires est le principal type de thérapie étiotropique qui empêche le lancement de réactions inflammatoires immunopathologiques. Toutefois, la documentation ne fournit pas de données sur l’effet positif de l’élimination de l’allergie alimentaire chez les patients atteints de psoriasis. Le but de ces travaux était de présenter un cas clinique de l’efficacité du régime d’élimination des allergènes alimentaires chez un patient atteint de PS.

Méthodes. Un examen allergologique spécifique d’un patient de 65 ans souffrant de PS généralisé (depuis l’âge de 25 ans) a été effectué : détermination de la concentration d’immunoglobulines E (IgE) totales, de protéines cationiques éosinophiles et d’IgE spécifiques aux allergènes alimentaires, pollen, allergènes fongiques dans le sérum sanguin par dosage immunoenzymatique, prick-tests cutanées avec des allergènes alimentaires et polliniques. En tenant compte de l’examen allergologique spécifique, on a prescrit au patient un régime alimentaire avec élimination des allergènes causalement significatifs, y compris ceux à réaction croisée, pour une période de 1 à 3 mois (à l’exception des œufs de poule, des céréales, du sarrasin, de la levure de boulangerie et des produits à base de levure, des produits céréaliers (pain, boulangerie, flocons d’avoine, son, biscuits à l’avoine, céréales, pâtes).

Résultats. Ce cas clinique démontré indique que la mise en place d’un régime d’élimination chez les patients atteints de PS avec des allergies alimentaires concomitantes contribue à la régression rapide du processus cutané. La concentration accrue d’IgE totales dans le sérum sanguin a été révélée au cours de l’examen du patient, la présence de réactions positives aux allergènes alimentaires et polliniques selon les résultats des tests de prick-tests cutanées et la détermination des allergènes-IgE spécifiques, l’effet positif d’élimination des aliments démontre le rôle important des réactions allergiques dans le développement de lésions cutanées du PS. L’observation présentée démontre l’importance d’effectuer un examen allergique spécifique chez les patients atteints de PS, y compris des antécédents allergiques, en déterminant la concentration d’IgE totale et spécifique à l’allergène, et la protéine cationique éosinophile dans le sérum sanguin, étudier le spectre de la sensibilisation aux aliments, aux pollens et aux allergènes fongiques par des prick-tests cutanées.

Conclusion. Ainsi, à la suite de cette étude, il a été constaté qu’avec un régime d’élimination individuelle, en tenant compte des résultats d’un examen allergologique spécifique, peut contribuer non seulement à la résolution efficace des lésions cutanées psoriasiques, mais aussi à la prévention de la progression du processus inflammatoire systémique, réduisant le risque de comorbidité et, par conséquent, améliorant la qualité de vie des patients atteints de psoriasis.

Bernard Sudan

Ex Chef de laboratoire en toxicologie et pharmacologie LabHead Ciba-Geigy, CIBA, Novartis, Bâle, 1975-2006 Research Nicotine as a hapten in seborrheic dermatitis, The Lancet, British Medical Journal, British Journal of Dermatology, Food and Chemical Toxicology, "Nicotine and Immunology" in Drugs of Abuse and Immune Function Ronald R. Watson ed. https://www.dermiteseborrheique.net https://www.bernardsudan.net/ https://www.youtube.com/channel/UCeQB3vdsKeZU-E0zORZr0vQ?view_as=subscriber https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/110720/dermite-seborrheique-et-fiasco-de-la-recherche-en-dermatologie https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/170818/de-1887-2020-l-effondrement-du-dogme-de-la-dermite-seborrheique