Potentielle utilisation du curcuma dans le contexte de la COVID-19

Suite à la diffusion récente de la conférence de presse du Professeur Didier Raoult ce jour 20 avril 2022 relatant la potentielle utilisation du curcuma dans le contexte de la COVID-19: https://www.youtube.com/watch?v=LlV9g1ZiKlg

on peut retrouver dans la littérature scientifique de nombreuses publications internationales confirmant l’efficacité du curcuma contre la COVID-19. En voici plusieurs qui confirment bien cette potentielle utilisation depuis le mois de juillet 2000: https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/ced.14357

Le curcuma (Curcuma longa L.) est une partie intégrante de la culture asiatique qui a été utilisée dans les systèmes de médecine traditionnelle comme l’Ayurveda, Unani et Siddha en raison de son large éventail de propriétés médicinales depuis des siècles. La curcumine, le curcumoïde prédominant dans le curcuma, influence de multiples voies de signalisation et a été trouvée possédant des propriétés anti inflammatoire, anti oxydante, antimicrobienne, hypoglycémique et active pour la cicatrisation des plaies. Pour améliorer la biodisponibilité de la curcumine, de nouvelles technologies comme les adjuvants, les nanoparticules, les liposomes, les micelles et les complexes phospholipidiques sont évaluées dans le cadre du développement de médicaments. Il est documenté pour être le plus efficace en doses élevées à environ 6 à 7 gr par jour qui est bien toléré oralement. Il a été largement utilisé comme un remède domestique commun pour la toux, maux de gorge et les maladies respiratoires en Asie.
La COVID-19 est devenue d’un intérêt frappant puisque le nombre de décès augmente constamment partout dans le monde, et la recherche d’un traitement efficace est plus urgente. À la lumière de ce scénario inquiétant, cette revue d’opinion visait à discuter des connaissances actuelles sur le rôle potentiel de la curcumine et de ses systèmes nanostructurés sur les cibles du SRAS-CoV-2. De ce point de vue, ces travaux ont démontré que la cure de curcumine est une clé antivirale potentielle pour le traitement du SRAS-CoV-2 en fonction de sa relation avec les voies d’infection. En outre, l’utilisation de nanoporteurs chargés de curcumine pour accroître sa biodisponibilité et son efficacité thérapeutique a été soulignée. En outre, le potentiel des systèmes nanostructurés par eux-mêmes et leur action synergique avec la curcumine sur les cibles moléculaires pour les infections virales ont été explorés. Enfin, on a examiné le point de vue des études qui doivent être réalisées pour implanter la curcumine comme traitement contre la COVID-19.

On peut ainsi voir sur le graphique du résumé le mode d’action de la curcumine au niveau cellulaire du récepteur ACE II:

ga1

J’avais déjà résumé les plantes potentiellement utilisables et les molécules contenues dans ces plantes récemment : https://www.bernardsudan.net/les-produits-naturels-peuvent-etre-utilises-dans-la-gestion-therapeutique-de-la-covid-19-perspectves-probables/

Bernard Sudan

Ex Chef de laboratoire en toxicologie et pharmacologie LabHead Ciba-Geigy, CIBA, Novartis, Bâle, 1975-2006 Research Nicotine as a hapten in seborrheic dermatitis, The Lancet, British Medical Journal, British Journal of Dermatology, Food and Chemical Toxicology, "Nicotine and Immunology" in Drugs of Abuse and Immune Function Ronald R. Watson ed. https://www.dermiteseborrheique.net https://www.bernardsudan.net/ https://www.youtube.com/channel/UCeQB3vdsKeZU-E0zORZr0vQ?view_as=subscriber https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/110720/dermite-seborrheique-et-fiasco-de-la-recherche-en-dermatologie https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/170818/de-1887-2020-l-effondrement-du-dogme-de-la-dermite-seborrheique