Pietro Perugino et un hasardeux diagnostic dermatologique

Une récente publication dermatologique nous apprend que le célèbre peintre de la Renaissance italienne Pietro Perugino avait une dermatite atopique du visage comme nous pouvons le constater avec son autoportrait : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33626207/

Je me suis particulièrement intéressé à une dermatite faciale affectant cinq membres de ma famille et que j’avais décrite en 1978 comme étant d’origine allergique et donc atopique à l’haptène nicotine de la fumée de tabac passive : https://www.dermiteseborrheique.net/

Alors que mon manuscrit avait été accepté pour publication par la « Revue Française d’Allergologie et d’Immunologie clinique », un médecin de pacotille auquel j’avais envoyé mon papier pour information avait alors cru bon de me le publier dans sa revue « Allergie et Immunologie » tout en ajoutant une note de la rédaction ironisant sur une « dermite séborrhéique » comme on en voit tous les jours…

https://fr.slideshare.net/BernardSudan/historical-recallofthenaturesagasaturdayjune3020182-2?qid=61a88596-d659-4769-8aba-9f16f943ed23&v=&b=&from_search=12

L’avenir me donna raison car j’avais pris soin de faire vérifier mes résultats par trois grands chercheurs en immunologie avec trois tests différents : Jacques Benveniste (INSERM, Paris, France), Alain L. de Weck (Institut d’Immunologie Clinique, Berne, Suisse) et Samuel B. Lehrer (Tulane University, New Orleans, USA).

En 1978, le nicotine ne pouvait pas être un haptène et la fumée de tabac passive ne pouvait pas provoquer une dermatite faciale aux non fumeurs !

On voit donc que les réactions dermatologiques du visage provoquent toujours autant de controverses puisque les auteurs du récent papier concernant la dermatite du visage du célèbre peintre italien citent également la dermite séborrhéique…, diagnostic que les dermatologues inventèrent en 1887 en prétextant que la séborrhée en était la cause alors qu’il fallut presque un siècle pour démontrer que la séborrhée était la même chez les patients avec ou sans dermite séborrhéique !

On peut constater avec un peu d’ironie que Christophe Colomb découvrit l’Amérique en 1492 et l’utilisation du tabac par les indiens: https://fr.wikipedia.org/wiki/Tabac

et qu’il fallut un peu de temps, pratiquement cinq siècles… pour découvrir les effets secondaires dermatologiques du tabac avec l’haptène nicotine.

Le célèbre peintre Pietro Perugino (vers 1448- 1523) était alors contemporain de Christoph Colomb et l’allergologie n’était pas encore à l’ordre du jour, les allergènes de l’époque pouvaient se retrouver dans les pigments utilisés pour peindre !

http://www.cndp.fr/crdp-dijon/IMG/pdf/pig_peinture.pdf

Bernard Sudan

Ex Chef de laboratoire en toxicologie et pharmacologie LabHead Ciba-Geigy, CIBA, Novartis, Bâle, 1975-2006 Research Nicotine as a hapten in seborrheic dermatitis, The Lancet, British Medical Journal, British Journal of Dermatology, Food and Chemical Toxicology, "Nicotine and Immunology" in Drugs of Abuse and Immune Function Ronald R. Watson ed. https://www.dermiteseborrheique.net https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/110720/dermite-seborrheique-et-fiasco-de-la-recherche-en-dermatologie https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/170818/de-1887-2020-l-effondrement-du-dogme-de-la-dermite-seborrheique https://www.bernardsudan.net/ https://www.youtube.com/channel/UCeQB3vdsKeZU-E0zORZr0vQ?view_as=subscriber