Interdiction de la fumée de tabac passive dans l’industrie pharmaceutique à Bâle: 1975-2006, trente années de combat!

Depuis janvier 1975 (Ciba-Geigy) et jusqu’à mon licenciement fin 2006 (Novartis), j’ai connu une belle histoire qui concernait directement la santé des êtres humains et j’ai pu apprécié la lenteur que des « scientifiques », « experts », « responsables » ont mis pour interdire la fumée de tabac passive dans les laboratoires de l’industrie pharmaceutique: un bel exemple du manque de réalisme et d’anticipation de ces personnes.
En effet, les titres de mes premières publications étaient évocateurs et en anglais…(réf.1,2) car la lutte contre la fumée de tabac passive ne mobilisait pas beaucoup spécialement en Suisse où l’industrie privée du tabac avait une présence forte.
Un certain nombre de « scientifiques » de l’industrie pharmaceutique « souriaient »: ils sont devenus maintenant brusquement « non fumeurs ».
J’ai même connu le cas d’un vétérinaire qui fumait son cigare post-prandial dans son bureau et qui devint brusquement non-fumeur en public…lorsque Novartis interdit définitivement le tabac en 2006 peu avant mon licenciement…
Le plus comique pendant ces trente années fut certainement le retour en arrière de dix années lors de l’absorption de Ciba par Sandoz, donc de la « fusion » Novartis en 1996: la fumée de tabac passive était omniprésente et il a fallu à nouveau batailler…
On peut se poser des questions sur les motivations exactes de l’industrie pharmaceutique pour ne pas trop accélérer l’interdiction générale de fumée en public: récemment, Novartis annonçait des résultats prometteurs pour son broncho-dilatateur QAB 149 contre la toux des fumeurs… lire plus

Vaccins contre la grippe A: comment l’industrie pharmaceutique avait préparé son sauvetage

Publié le 24 septembre 2009
Grippe H1N1 : près de deux-tiers des Français n’ont pas l’intention de se faire vacciner

Le 24/09/2009 à 17:57

SANOFI : le chiffre d’affaires 2010 dopé par les vaccins A/H1N1
(AOF) – L’afflux de commandes du vaccin contre le virus de la grippe A/H1N1 soutiendra le chiffre d’affaires 2010 de Sanofi-Aventis.
Dans un entretien accordé à l’agence Reuters le directeur général du laboratoire français Chris Viehbacher a déclaré que ce vaccin sera « une opportunité significative en termes de revenus, à la fois cette année et l’an prochain ». « C’est un joli coup de fouet à court terme pour le chiffre d’affaires et le cash flow », a-t-il ajouté. lire plus

Grippe A: ultime solution pour sauver l’industrie pharmaceutique

Face au manque d’innovation de l’industrie pharmaceutique (déremboursement de plus de 500 « médicaments » pour le peu de service médical rendu, effets secondaires des coxibs, licenciements des visiteurs médicaux), il y avait eu une première tentative de sauvetage avec la grippe aviaire et les stocks de Tamiflu qui sont restés dans des entrepôts…et dont la date de péremption est arrivée à échéance !
Nous sommes face à une seconde tentative de sauvetage de l’industrie pharmaceutique avec la grippe A avec production de milliards de doses de vaccins et prolongation des dates de péremption du Tamiflu…Tous les labos sont concernés: Sanofi-Aventis, Novartis, Roche, Baxter, etc. pour le partage du gâteau.
On nous conseille maintenant une double vaccination contre la grippe saisonnière et contre la grippe A…(Roselyne Bachelot, ministre de la santé et pharmacienne de profession).
Après trente deux années dans l’industrie pharmaceutique, j’ai eu ma dose et les infusions de thym et d’anis étoilé (dont la molécule du Tamiflu est isolée) me suffiront.
Nous sommes dans une situation délicate où la biologie numérique menace directement l’industrie pharmaceutique qui n’a pas su s’adapter à un nouveau paradigme. La biologie moléculaire qui devait tout résoudre n’a rien résolu ! lire plus

Alain de Weck, mémoire de l’eau et mémoire perdue

Alain de Weck, ancien « cher collègue » de Jacques Benveniste qui l’a « bien connu »…l’attaque maintenant à titre posthume (http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1208) parce qu’il avait peur de l’attaquer de son vivant et parce qu’il n’a jamais eu l’envergure de Jacques Benveniste!
Alain de Weck passe évidemment sous silence son propre bilan: « Nouvelles perspectives immunologiques de la désensibilisation spécifique » A.L. de Weck in Schweiz.med.Wschr. 107, 1736-1741 (1977). Résultat en 2009 (après 32 années…), les traitements anti-allergiques sont toujours aussi médiocres. La suppression des IgE totales représente un certain danger: « black box warning » pour Xolair par la FDA américaine pour induction possible de réactions anaphylactiques…un paradoxe pour un traitement anti-allergique.
Alain de Weck n’a pas de découvertes majeures à son actif comme Jacques Benveniste avec la découverte du PAF-acéther, médiateur de l’allergie et de l’inflammation et n’a jamais été lauréat Nobel comme Luc Montagnier pour la découverte du VIH…
D’autre part, Jacques Benveniste a développé le test de dégranulation des basophiles humains et Alain de Weck travaillait également sur ce test…avec son « cher collègue » !
Autre paradoxe majeur, lorsque l’on se targue d’être un « chercheur », on reste automatiquement ouvert à toutes les idées…et propositions des autres personnes ce qui précisément manque à des milliers de « chercheurs » probablement parce qu’ils n’ont pas la liberté de penser. Donc, pourquoi reprocher à Luc Montagnier de regarder dans d’autres directions que celles imposées par la « science officielle »?
Alain de Weck n’est pas judicieux dans le choix de ses références, notamment avec celle de F.Beauvais, rédacteur médical pour l’industrie pharmaceutique… et les dermatologues A.Bircher (Bâle, successeur de Th.Rufli et R.Schuppli) et B.Wüthrich (Zürich) qui également n’ont pas de découvertes majeures et qui ont traité des dermites séborrhéiques sans séborrhée avec des anti-séborrhéiques pendant toute leur carrière: bravo!
En conclusion, Alain de Weck devrait méditer la phrase du général de Gaulle: « Des chercheurs qui cherchent, on en trouve, des chercheurs qui trouvent, on en cherche »… lire plus

Commentaires sur le procès de Luc Montagnier contre Bruno Robert

__Premier commentaire:__
On ne gagne pas un procès lorsque l’on demande une paternité totale et que l’on arrive comme résultat à une co-paternité…Bruno Robert était le dernier directeur de recherche de Jacques Benveniste avant son décès en octobre 2004 et avait remplacé Didier Guillonnet que Luc Montagnier remercie dans une récente publication de janvier 2009…(Interdiscip Sci Comput Life Sci, 2009).

__Second commentaire:__
La conclusion de Me Brunet-Stoclet ( « contrairement à ce qui a pu être lu dans quelques médias (…), il ne s’agit absolument pas du brevet du siècle ») n’est pas judicieuse car pourquoi demander en procédure TGI une paternité totale pour un brevet qui ne serait pas « le brevet du siècle »… lire plus

Hommage posthume de Luc Montagnier à Jacques Benveniste

Pourquoi cet hommage si tardif alors que l’on attendait Luc Montagnier et ses collègues (Axel Kahn, Jean-Paul Escande, la liste est longue!) en juin 1988 et spécialement durant les années quatre-vingt dix…spécialement lors des attaques indécentes de Georges Charpak. Sans oublier Marcel Francis Kahn, le rhumatologue qui a prescrit des Coxibs…contre les rhumatismes avec les effets secondaires que l’on connait (Vioxx, Prexige, Celebrex, etc.).
Dans l’affaire actuelle du brevet déposé en premier par Bruno Robert, il ne faut pas oublier un fait majeur d’une importance primordiale: Jacques Benveniste avait appelé Bruno Robert en tant que directeur de recherche en remplacement de Didier Guillonet.
Luc Montagnier n’était pas présent aux côtés de Jacques Benveniste à ce moment-là.
Il y a une bataille ouverte entre le savoir encyclopédique de ceux qui sont passés dans le cycle officiel de la science et le savoir intuitif de certains chercheurs autodidactes…La première tendance essaie de passer sous silence les travaux de la seconde tendance. Avec internet, ces manoeuvres ne marchent plus !
En 1977, j’ai eu l’expérience d’un professeur de médecine suisse qui me proposait de retirer mon manuscrit soumis à une revue et de publier « ensemble »…J’ai décliné sa proposition…et maintenant le rôle d’haptène de la nicotine démontré par le test de dégranulation des basophiles humains de Jacques Benveniste est admis partout. La fumée de tabac passive est interdite dans tous les lieux publics, trente années après ma première publication ! Et la dermite séborrhéique « sans séborrhée » décrite en 1887 est apparue pour la première fois à cette époque lorsque la fumée de tabac a envahit les lieux publics. Qu’ont fait les dermatologues pendant tout ce temps: ils ont prescrit des corticoïdes locaux en traitant symptomatiquement sans étiologie précise. Et en cas d’acné des corticoïdes, une bonne cure de tétracyclines. Merci pour l’industrie pharmaceutique.
Le décryptage du génome humain qui devait tout résoudre n’a rien résolu: « in girum imus nocte et consumimur igni », « nous tournons en rond dans la nuit et nous sommes lentement consumés par le feu » (dixit Guy Debord).
Vive la biologie numérique! lire plus

La bataille ne fait que commencer

Le Journal du Dimanche du 8 mars 2009 : enfin un bouffée d’oxygène!
http://www.lejdd.fr/cmc/societe/200910/bruno-robert-cela-peut-revolutionner-la-medecine_192666.html
Bientôt les lauréats Nobel de Médecine, Physique et Chimie vont encenser les travaux de Jacques Benveniste et répandre des propos spectaculaires qu’ils étaient d’accord avec Jacques Benveniste dès le début de l’affaire « Nature » en juin 1988…plus de vingt années sont passées et l’industrie pharmaceutique a continué de produire des médicaments inutiles: Vioxx, Prexige, Celebrex, etc…Quel gâchis! lire plus

Réflexions pharmacologiques

Alors que plus de cinq cents médicaments ont été déremboursés en France pour le « peu de service médical rendu » et alors que ces mêmes « médicaments » avaient eu des AMM (autorisations de mise sur le marché), je me demande comment la « science officielle » a pu imposer à Jacques Benveniste des études en « double aveugle contre placebo »…Ces mêmes « médicaments » ne seraient jamais « passés » avec des études en simple aveugle….
Conclusion: les intérêts économiques majeurs imposaient à certaines personnes de « neutraliser » coûte que coûte les travaux de Benveniste. Vingt ans après, nous sommes devant l’évidence que des secteurs entiers de l’industrie pharmaceutique doivent se restructurer ou disparaître rapidement: les visiteurs médicaux ne peuvent plus promouvoir que l’aspirine et le paracétamol et il est dommage de décéder d’une crise cardiaque après la prise d’un Coxib pour traiter un rhumatisme…On ne parle même pas du décryptage du génome humain qui devait tout résoudre ! L’industrie automobile a le même problème avec les voitures à air comprimé…qui arrivent (http://www.mdi.lu/). lire plus