Les sels de la mer Morte comme nouvelle approche pour le traitement de la dermatite séborrhéique

Mon article rejeté par Medical Hypotheses et Indian Dermatology Online Journal qui donne de l’urticaire aux dermatologues du monde entier ! La censure!

Les sels de la mer Morte comme nouvelle approche pour le traitement de la dermatite séborrhéique

Résumé:

La dermatite séborrhéique est un syndrome dermatologique décrit pour la première fois en 1887 par Unna à peu près à l’époque où le tabagisme se généralisait dans les lieux publics.

Alors que les traitements actuels n’ont toujours pas résolu cette réaction cutanée, une nouvelle approche avec les sels de la Mer Morte permet de mieux comprendre le mécanisme probable des cellules impliquées dans ce syndrome dermatologique.

Suite aux observations et différences entre l’eau salée et l’eau pure sur le développement de la dermatite séborrhéique faciale, nous pouvons émettre l’hypothèse que les solutions salines ont probablement une influence importante sur la communication cellulaire des mastocytes, les cellules potentiellement impliquées dans l’étiologie de la dermatite séborrhéique.

Mots clés:

dermatite séborrhéique ; glandes sébacées; mastocytes; histamine; haptène nicotine; tabac allergène; sels de la mer Morte; kétoconazole; succinate de lithium; cromoglycate de sodium; chlorure de sodium; conductivité; communication cellulaire; hypothèse; Malassezia

Introduction:

Les glandes sébacées n’étaient impliquées depuis 1887 qu’en raison de l’apparition de cette dermatite [1] dans cette zone du visage où ces glandes sont en plus grand nombre. Ce dogme médical n’a jamais été remis en cause tout au long du XXe siècle malgré la présence de champignons impliqués dans les lésions de la dermatite séborrhéique et identifiés par Malassez.

Toutes les stratégies thérapeutiques utilisées depuis cette époque se sont avérées inefficaces alors que l’étiologie précise de cette réaction cutanée n’était pas élucidée.

Méthodes : Histoire de la recherche

La nicotine comme haptène dans la dermatite séborrhéique (1978)

Ma recherche originale pour élucider l’étiologie de ma dermatite faciale familiale qui ressemble à la dermatite séborrhéique [2-5] impliquant l’allergène tabac et l’haptène nicotine de la fumée secondaire du tabac a été confirmée par trois laboratoires internationaux et indépendants (France, Suisse et USA) .

Alors que mon père fumait un cigare tous les dimanches avec une réaction au visage, je résolus de commencer mes recherches début 1975 en identifiant l’allergène du tabac en appliquant un patch test contenant une solution de feuilles de cigare sur mon avant-bras avec une réaction très positive après 30 minutes. Une semaine plus tard, un test intradermique avec des extraits allergéniques de feuilles de tabac (Institut Pasteur : dilution 1/100 000) était très positif après 30 minutes.

Par ailleurs, Karrenberg décrivit en 1928 le cas d’une personne atteinte d’une dermatite faciale qui travaillait dans l’industrie du tabac et suite au contact avec des feuilles de tabac, l’application d’une goutte de nicotine diluée au millionième avait provoqué un choc anaphylactique [6].

Dermatite séborrhéique et cromoglycate de sodium (1980)

Une nouvelle approche pour le traitement local de la dermatite séborrhéique utilisant une pommade efficace au cromoglycate de sodium a été publiée pour la première fois il y a 40 ans [7] montrant une possible implication des mastocytes tissulaires.

Aussi il faut localiser les glandes sébacées avec leur environnement cellulaire pour considérer l’implication d’autres cellules à l’origine de réactions érythémateuses de la peau.

Dans son livre « L’allergie à l’aube du troisième millénaire » en 1995 [8], l’immunologiste Claude Molina a bien décrit les mastocytes tissulaires autour des glandes sébacées confirmant ainsi mes premiers travaux de 1978 impliquant ces cellules à l’origine de ma « dermatite séborrhéique » familiale. De plus, tous les membres de ma famille souffrent de plusieurs maladies allergiques (par exemple allergies aux acariens et Dermatophagoides pteronyssinus, povidone iodée, antibiotiques comme la pristinamycine, la virginiamycine et l’amoxicilline, l’oxprénolol).

Dermatite séborrhéique et taux de sébum (1982)

Depuis la première description de la dermatite séborrhéique, il a fallu près d’un siècle pour prouver que le taux de sébum était le même dans les deux groupes de patients avec et sans dermatite séborrhéique [9].

Kétoconazole aux propriétés anti-allergiques (1986)

Les traitements locaux proposés par les dermatologues ne reposent que sur des molécules anti-inflammatoires comme les corticoïdes utilisés trop fréquemment pour les réactions allergiques avec une dépendance potentielle ou le kétoconazole comme molécule antifongique aux propriétés anti-leucotriènes et donc anti-allergiques comme clairement démontré en 1986 [10].

Pityrosporum et succinate de lithium (1987)

L’implication de pityrosporum, un saprophyte de la peau présent sur toutes les peaux enflammées ne tient pas car les solutions à base de succinate de lithium, un sel de lithium n’ont aucune activité [11] contre ce champignon montrant que l’origine de la dermatite séborrhéique est probablement allergique. De plus, on se demande comment pityrosporum a pu « sauter » du visage à la zone médio-thoracique, autre localisation de la dermatite séborrhéique.

Effets secondaires de la nicotine dans les plantes, les patchs transdermiques et les vaccins (1984-2010)

La nicotine présente dans les plantes comme la prêle [12] ou les patchs transdermiques [13,14] peut également provoquer des réactions dermatologiques. Par ailleurs, le développement d’un vaccin anti-nicotine a cessé suite à plusieurs cas de choc anaphylactique [15] avec notamment l’une des descriptions suivantes : « Un sujet de l’essai de Phase IIb du vaccin NicVAX a eu une réaction allergique anaphylactique qui s’est résolue avec des médicaments »

Histamine dans la peau de la dermatite séborrhéique (2011)

Les chercheurs ont lié la présence d’histamine dans la peau de la dermatite séborrhéique en lien avec des démangeaisons en 2011 [16], soutenant également ma théorie et mes recherches allergiques avec l’implication des mastocytes tissulaires.

Aucun effet du kétoconazole contre pityrosporum (2016)

Une publication récente dans le British Journal of Dermatology par des chercheurs brésiliens démontre le manque d’efficacité du kétoconazole contre le pityrosporum confirmant que ce champignon n’est qu’un saprophyte sur la peau enflammée de la dermatite séborrhéique [17].

Prick tests à la nicotine et dermatite séborrhéique (2018)

Plus récemment en 2018 à la faculté de Sarajevo un patient atteint de dermatite séborrhéique a fortement réagi par prick-test à la nicotine alors que les auteurs recherchaient une corrélation entre les différentes sources de sensibilisation et les prédispositions individuelles de plusieurs patients [18].

Un autre regard sur les mastocytes et le rôle de Malassezia cutané (2021)

Récemment, de multiples rôles de Malassezia cutané dans la santé et la maladie en tant que commensal, pathogène et protecteur ont été discutés [19] et le rôle des mastocytes en tant que facteur clé de la dermatite séborrhéique et de la dermatite atopique a été suggéré.

Observations et résultats :

Les sels de la mer Morte comme nouvelle approche potentielle pour la dermatite séborrhéique

En mars 2010, j’ai eu l’occasion de tester un dermo-pain et une crème dermatologiques à base de sels de la Mer Morte car on sait depuis longtemps que les patients atteints de psoriasis voient leur réaction cutanée grandement améliorée lors d’un soin spa de la Mer Morte. Après quelques jours d’utilisation de ces dermo-pain et crèmes dermatologiques, j’ai été surpris de voir que ma réaction épisodique avait disparu. Je n’ai communiqué cette information positive qu’avec deux mois de recul sur un site internet dédié aux personnes atteintes de dermatite séborrhéique et plus tard sur un site de santé en ligne [20].

Avec plus de dix ans de recul, nous avons maintenant des centaines de témoignages de personnes atteintes de dermatite séborrhéique et de psoriasis (en plus d’autres maladies dermatologiques comme la dyshidrose ou la dermatite atopique) qui ont eu une amélioration spectaculaire de leur réaction cutanée comme le résume mon livre « Vers une solution de la dermatite séborrhéique » [21].

En attendant, je me suis inquiété de savoir pourquoi ce mélange de sels de la mer Morte et d’eau pouvait avoir un tel effet sur notre peau. J’avais remarqué dans les années 70 que la brumisation d’eau pure sur mon visage ne faisait qu’aggraver ma dermatite et je me suis concentré sur la différence entre l’eau pure et l’eau salée.

Tout le monde sait que les baleines ou les dauphins communiquent par infrasons ou basses fréquences en eau salée et non en eau pure. Par exemple, les baleines à fanons émettent principalement des infrasons (fréquences inférieures à 20 Hz) qui sont inaudibles pour l’homme. Ces sons voyagent très rapidement dans l’eau salée et peuvent être entendus par d’autres baleines à fanons à des centaines de kilomètres !

Je me suis donc concentré sur la communication cellulaire des mastocytes tissulaires, ces cellules impliquées dans cette réaction allergique faciale à la présence d’un haptène environnemental. Je me suis procuré un conductimètre afin de mesurer les différentes conductivités des solutions eau pure et eau salée dont le mélange savon dermatologique/eau avec des résultats très logiques : la conductivité de l’eau pure est nulle donc le courant ne passe pas et la conductivité de l’eau salée est élevée permettant au courant de passer.

Discussion et hypothèse

Suite à ces observations et différences entre eau salée et eau pure sur le développement de la dermatite séborrhéique faciale, nous pouvons émettre l’hypothèse que les solutions salines ont probablement une influence importante sur la communication cellulaire des mastocytes, les cellules potentiellement impliquées dans l’étiologie de la dermatite séborrhéique. Par ailleurs il est intéressant de noter qu’en se concentrant sur les mastocytes avec des solutions salines pour une nouvelle stratégie, on peut espérer des progrès significatifs dans le traitement de la dermatite séborrhéique et probablement d’autres syndromes dermatologiques comme le psoriasis et la dermatite atopique montrant qu’une hypothèse basée sur des observations confirmées par de nombreux patients pourraient apporter une aide majeure à tous les autres patients.

Conclusion:

Nous constatons donc que l’utilisation de sels de la mer Morte dans le dermo pain et la crème peut apporter une solution efficace aux réactions de dermatite séborrhéique sans effets secondaires notables lors de l’utilisation de cette solution naturelle. Cette approche confirme l’implication possible des mastocytes tissulaires avec la libération d’histamine à l’origine de ce syndrome dermatologique et mérite des investigations plus poussées en dermatologie pour remplacer les effets secondaires des thérapies actuelles comme celles des corticoïdes locaux par exemple.

En conclusion, on peut noter la similitude d’efficacité du cromoglycate de sodium, du chlorure de sodium des sels de la Mer Morte et du gluconate ou succinate de lithium, un sel de lithium montrant ainsi une action probable au niveau cellulaire de ces sels sur la dégranulation des mastocytes tissulaires en présence d’un allergène ou d’un haptène.

Conflits d’intérêts potentiels : L’auteur ne déclare aucun conflit d’intérêts.

Références:

[1] Unna PG. Das seborrheische Ekzem. Monatsheft für praktische Dermatologie 1887; 6:827-846.
[2] Sudan BJL. Contribution à l’étude du rôle allergénique de la fumée de tabac. Le tabac : un allergène, la nicotine: un haptène, Allergie et Immunologie 1978;10:36-54.
[3] Sudan BJL, Sterboul J. Sensibilisation tabagique. Le tabac : un allergène, la nicotine: un haptène. Diagnostic par le test de dégranulation des basophiles humains. Nouv. Presse Méd. 1979;8:3563. [PMID: 545289]
[4] Sudan BJL, Sterboul J. Nicotine : an hapten. Brit. J. Dermatol. 1981;104:349-50. [PMID: 7213568]
[5] Sudan BJL, Brouillard C, Sterboul J, Sainte-Laudy J. Nicotine as a hapten in seborrhoeic dermatitis. Contact Dermatitis 1984; 11:196-7. [PMID: 6238797]
[6] Karrenberg CL. Zur Kasuistik der phytogenen Berufsdermatosen: Hauterkrankung durch Tabakblätter. Dermatol Z. 1928; 52:30–9.
[7] Sudan BJL, Sterboul J. Dermite séborrhéique et cromoglycate de sodium. Cutis (Paris) 1980; 4:81-85.
[8] Molina C. L’allergie à l’aube du troisième millénaire. John Libbey Eurotext 1995; page 77. Available from https://books.google.fr/books?id=FsoIZ_ZSNAYC&pg=PA77&lpg=PA77&dq=glandes+s%C3%A9bac%C3%A9es+mastocytes&source=bl&ots=ttzjefngy6&sig=G_6RNPulK9y0jsvGCh1ZhiTfMtA&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwibpayN1-_RAhWJuhoKHUs1BrQQ6AEISjAH#v=onepage&q=glandes%20s%C3%A9bac%C3%A9es%20mastocytes&f=false
[9] Burton JL, Pye RJ. Seborrhoea is not a feature of seborrhoeic dermatitis. Br Med J (Clin Res Ed) 1983; 286:1169-70. [PMID: 6220754]
[10] Sudan BJL. Ketoconazole, leukotrienes, PAF-acether and nicotine as a hapten : the possible aetiology of seborrheic dermatitis. Med. Hypotheses 1987; 23:33-38. [PMID: 2886895]
[11] Boyle J, Burton JL, Faergemann J. Use of topical lithium succinate for seborrhoeic dermatitis. Br Med J  (Clin Res Ed) 1986; 292:28. [PMID: 2935222]
[12] Sudan BJL. Seborrhoeic dermatitis induced by nicotine of horsetails (Equisetum arvense L.). Contact Dermatitis 1985; 13:201-2. [PMID: 2932297]
[13] Sudan BJL. Transdermal nicotine and placebo. The Lancet 1989; 1:334. [PMID: 2563493]
[14] Sudan BJL, Sainte-Laudy J. Nicotine and Immunology. In: Drugs of Abuse and Immune Function. Watson RR ed., CRC Press; 1990. p.113-23.  Available from: https://books.google.fr/books?id=5ePEDE1-r5YC&pg=PA113&lpg=PA113&dq=nicotine+and+immunology+sudan+bernard&source=bl&ots=_K99KFJQRH&sig=ACfU3U0vC8nYtHelCk1pl3Dh7q5I-76yfg&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwihlY7_hsntAhWry4UKHQBvDHcQ6AEwBXoECAcQAg#v=onepage&q=nicotine%20and%20immunology%20sudan%20bernard&f=false
[15] Gorelick DA. Pharmacokinetic approaches to treatment of drug addiction. Expert Rev Clin Pharmacol 2008;1:277-90. [PMID: 24422652]
[16] Kerr K, Schwartz JR, Filloon T, et al. Scalp stratum corneum histamine levels: novel sampling method reveals association with itch resolution in dandruff/seborrhoeic dermatitis treatment. Acta Derm Venereol. 2011; 91:404-8. [PMID: 21336476]
[17] Zani MB, Soares RC, Arruda ACBB, de Arruda LHF, Paulino LC. Ketoconazole does not decrease fungal amount in patients with seborrhoeic dermatitis, Brit J Dermatol. 2016;175:417-21. [PMID: 26920094]
[18] Sušić A, Klepo L, Islamagić E, et al. Nicotine allergy in correlation with different sources and individual predispositions. Alban Med J. 2018;1:13-19.  Available from: https://www.researchgate.net/profile/Damir_Suljevic2/publication/324057693_Nicotine_allergy_in_correlation_with_different_sources_and_individual_predispositions/links/5abb5f880f7e9bad209be01d/Nicotine-allergy-in-correlation-with-different-sources-and-indi
[19] Vijaya Chandra SH, Srinivas R, Dawson TL Jr, Common JE. Cutaneous Malassezia: Commensal, Pathogen, or Protector? Front Cell Infect Microbiol. 2021 Jan 26; 10:614446. [PMID: 33575223]
[20] Sudan Bernard. Les sels de la Mer Morte pour les maladies de la peau. CareVox. Dec. 26, 2012 : Available from http://www.carevox.fr/medicaments-soins/article/les-sels-de-la-mer-morte-pour-les
[21] Sudan Bernard. Vers une solution de la dermite séborrhéique. Lulu ed.; 2017:70 pages. Available from https://www.lulu.com/spotlight/BJLS

Bernard Sudan

Ex Chef de laboratoire en toxicologie et pharmacologie LabHead Ciba-Geigy, CIBA, Novartis, Bâle, 1975-2006 Research Nicotine as a hapten in seborrheic dermatitis, The Lancet, British Medical Journal, British Journal of Dermatology, Food and Chemical Toxicology, "Nicotine and Immunology" in Drugs of Abuse and Immune Function Ronald R. Watson ed. https://www.dermiteseborrheique.net https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/110720/dermite-seborrheique-et-fiasco-de-la-recherche-en-dermatologie https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/170818/de-1887-2020-l-effondrement-du-dogme-de-la-dermite-seborrheique https://www.bernardsudan.net/ https://www.youtube.com/channel/UCeQB3vdsKeZU-E0zORZr0vQ?view_as=subscriber