La redécouverte du cromoglycate de sodium, une molécule ancienne efficace contre les maladies de la peau, dermatites séborrhéiques et atopiques.

On peut lire une publication récente décrivant la détermination du cromoglycate de sodium dans les études de perméation cutanée : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9050334/

J’avais publié en 1980…….. mon observation dans la revue Cutis (Paris) montrant l’efficacité d’une crème de cromoglycate de sodium à 5% pour bloquer ma dermatite familiale, une dermite soi-disant séborrhéique, en réalité une allergie à l’haptène nicotine de la fumée de tabac passive et décrite depuis 1887 : Sudan BJL, Sterboul J. Dermite séborrhéique et cromoglycate de sodium. Cutis (Paris) 1980; 4:81-85.

EPSON MFP image

A cette époque, j’avais proposé à Bâle dans l’industrie pharmaceutique de développer une telle crème de cromoglycate de sodium pour le traitement local des dermatites allergiques, séborrhéiques et atopiques mais sans succès car la recherche ne voulait pas perturber la vente de crèmes corticoïdes provoquant une dépendance continue ainsi que des visites régulières chez les dermatologues. On constate donc que 42 années plus tard, une étude de perméation cutanée vient renforcer cette recherche qui pouvait être initiée dès 1980 alors que les autres formulations de cromoglycate de sodium arrivaient sur le marché comme les collyres ophtalmiques (Opticrom 2%) ainsi que les sprays nasaux (Alairgix 2%). Notons que la formulation inhalée de cromoglycate de sodium (Lomudal) contre l’asthme allergique a été retirée du marché fin mars 2019 par Sanofi pour favoriser le Dupixent, un anticorps monoclonal très coûteux : https://www.bernardsudan.net/sanofi-dupixent-et-cromoglycate-de-sodium/

Dans leur conclusion, les auteurs résument désormais les arguments scientifiques qui prouvent l’intérêt du développement d’une telle crème ou gel à 4% : « Le cromoglycate de sodium (CS) est un stabilisateur des mastocytes tissulaires administré pour traiter les maladies allergiques. Une formulation topique soutient son développement et pourrait être conçue pour le traitement de la dermatite atopique. » « Dans l’ensemble, la méthode simplifiée et validée a démontré une sensibilité à la détection du CS dans la peau sans interférence et a été appliquée pour démontrer la quantification du médicament dans la peau après une exposition au gel de cromoglycate de sodium à 4 %. »

Mais depuis cette époque lointaine…, j’ai trouvé une autre solution à base de sels de la Mer Morte depuis 2010 qui renforce la thèse selon laquelle les solutions salines comme le cromoglycate de sodium, le succinate de lithium un sel de lithium ou l’eau de mer peuvent également stabiliser les mastocytes tissulaires : https://www.bernardsudan.net/les-sels-de-la-mer-morte-comme-nouvelle-approche-pour-le-traitement-de-la-dermatite-seborrheique/ https://www.lulu.com/spotlight/BJLS

Bernard Sudan

Ex Chef de laboratoire en toxicologie et pharmacologie LabHead Ciba-Geigy, CIBA, Novartis, Bâle, 1975-2006 Research Nicotine as a hapten in seborrheic dermatitis, The Lancet, British Medical Journal, British Journal of Dermatology, Food and Chemical Toxicology, "Nicotine and Immunology" in Drugs of Abuse and Immune Function Ronald R. Watson ed. https://www.dermiteseborrheique.net https://www.bernardsudan.net/ https://www.youtube.com/channel/UCeQB3vdsKeZU-E0zORZr0vQ?view_as=subscriber https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/110720/dermite-seborrheique-et-fiasco-de-la-recherche-en-dermatologie https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/170818/de-1887-2020-l-effondrement-du-dogme-de-la-dermite-seborrheique