La dermite séborrhéique et le fiasco de la dermatologie

Comment est-il possible de décrire depuis 1887 (Unna) une dermatite, donc une inflammation de la peau au visage sous le nom de « dermite séborrhéique » en invoquant l’implication des glandes sébacées sans hyperproduction de ces mêmes glandes… ce qui a été confirmé en 1983 seulement … donc près d’un siècle plus tard (1) !

De plus, comment est-il possible d’impliquer des saprophytes de la peau (Malassez) ainsi que Pityrosporum ou même l’acarien Demodex folliculorum alors que ces mêmes agents saprophytes sont présents sur la peau normale et en même quantité comme une récente publication vient de le prouver (2).

Nous sommes donc en face d’un fiasco de la dermatologie qui dure depuis plus d’un siècle et que les dermatologues du monde entier entretiennent certainement pour ne pas perdre les consultations de millions d’être humains traités symptomatiquement sans étiologie précise et pour vendre des crèmes inutiles et dangereuses comme les corticoïdes.

Comment est-il possible de ne pas voir la relation de cause à effet entre fumée de tabac active ou passive et ce syndrome dermatologique qui est apparu au moment où la fumée de tabac a envahit les lieux publics (3).

Comment est-il possible d’ignorer le rôle majeur des mastocytes tissulaires et des basophiles sanguins avec libération de médiateurs de l’inflammation à l’origine de cette réaction allergique de la peau !

De plus il n’y a aucune description de dermite séborrhéique avant cette époque et donc environ cinq pour cent de la population développeraient brusquement depuis un siècle un telle réaction de la peau… à cause du stress, du foie, de l’estomac et quoi encore ?

Pour être efficace, il eut fallu changer totalement l’orientation de la recherche en dermatologie en impliquant directement les patients atteints de ce syndrome dermatologique ce que les « chercheurs » en dermatologie sont bien incapables d’initier car ces mêmes dermatologues ne se sentent pas du tout concerner !

On pouvait s’attendre à tout après le fiasco du virus H1N1 à l’origine de la « pandémie du siècle »… avec des millions de « chercheurs » travaillant sur un vaccin inutile et une pandémie inexistante.

Vive la « Science » !
(1) Burton JL, Pye RJ. Seborrhoea is not a feature of seborrhoeic dermatitis. British Medical Journal, 1983, 286:1169-1170.

(2) Oh BH, Lee YW, Choe YB, Ahn KJ. Epidemiologic Study of Malassezia Yeasts in Seborrheic Dermatitis Patients by the Analysis of 26S rDNA PCR-RFLP. Annals of Dermatology, 2010, 22 :149-55.

(3) Sudan BJ, Brouillard C, Sterboul J, Sainte-Laudy J. Nicotine as a hapten in seborrhoeic dermatitis. Contact Dermatitis, 1984, 11(3):196-7.

Fermer le menu