Dermite séborrhéique, psoriasis, dyshidrose, dermatite atopique, acné et pain dermatologique aux sels de la Mer Morte: il fallait un peu de patience !

Publication in CareVox: http://www.carevox.fr/sante-maladies/article/dermite-seborrheique-psoriasis

Suite au passage d’un représentant des produits dermatologiques Massada début mars 2010 dans la boutique de mon épouse (http://www.lhda.fr/), j’avais eu la bonne idée de demander un échantillon de pain dermatologique aux sels de la Mer Morte car je savais depuis longtemps que le psoriasis était nettement amélioré sur les bords de la Mer Morte et j’avais émis en 2000 une hypothèse intéressante concernant la modulation de la fréquence corporelle humaine avec des solutions de chlorure de sodium à 0.9% pour restaurer une réplication perturbée de l’ADN (1):

Je voulais tester ce pain dermatologique car l’eau de mer dont la concentration en sels varie de 4 à 5% m’avait aussi déjà aidé favorablement dans le passé pour neutraliser ma dermite séborrhéique familiale que j’avais étudiée en immunologie et allergologie depuis l’année 1975 (2).

Dès l’âge de 17 ans en 1970 et pendant cette décennie, j’avais innocemment utilisé des corticoïdes locaux… prescrits par des dermatologues peu soucieux de trouver une solution étiologique à ma DS. J’ai même vu des dermatologues de cure thermale fumeurs invétérés et persuadés que la fumée de tabac ne provoquait rien…mais nous étions en 1977 et 1978.

J’ai publié mes travaux concernant le rôle d’haptène de la nicotine du tabac dans des revues anglo-saxonnes de haut niveau (The Lancet, British Medical Journal, British Journal of Dermatology, etc.) alors qu’en France la fumée de tabac passive ne provoquait évidemment « rien » pour les dermatologues  malgré mes nombreux tests allergiques positifs (cutanés, détection des IgE spécifiques aux USA…, test de dégranulation des basophiles humains de Jacques Benveniste, anaphylaxie cutanée passive).

Avec de la patience, maintenant et heureusement certaines personnes commencent par comprendre que la fumée de tabac passive pourrait être à l’origine de leur dermite séborrhéique, un syndrome dermatologique décrit pour la première fois par Unna de Hambourg en 1887, à une époque où la fumée de tabac commença par envahir les lieux publics ( 3):

http://www.dermiteseborrheique.fr/accueil/291-interview-#comments

Mon hypothèse d’hypersensibilité immédiate et semi-retardée à l’haptène nicotine à l’origine de ma dermite séborrhéique est confortée par la récente publication de chercheurs qui ont découvert de l’histamine sur la peau de personnes atteintes de DS (4): il vaut mieux tard que jamais…et plus de trente années après mes premières publications sur le sujet.

J’avais donc utilisé le pain dermatologique aux sels de la Mer Morte en mars et avril 2010 pendant deux mois avant de communiquer mon expérience positive sur un forum:

http://dermite-seborrheique.forumactif.com/t1576-dermite-seborrheique-et-sels-de-la-mer-morte

Alors que certains bricoleurs testaient ce pain dermatologique pendant un ou deux jours…avec évidemment des résultats négatifs et proposaient sur ce même forum une statistique (avec des pubs au-dessus et au-dessous) d’évaluation particulièrement risible pour de vrais statisticiens…:

http://dermite-seborrheique.forumactif.com/t1719-votre-avis-sur-le-pain-massada-au-sel-de-la-mer-morte

j’avais été obligé de communiquer sur mon blog comment évaluer correctement un tel pain dermatologique:

https://www.bernardsudan.net/post/Dermite-s%C3%A9borrh%C3%A9ique%3A-comment-%C3%A9valuer-correctement-le-pain-dermatologique-Massada.

Le Lithioderm qui contient un sel de lithium (gluconate de lithium) avait été évalué après 4 semaines d’utilisation contre un placebo et les résultats avaient été publiés dans le British Medical Journal (5). Les auteurs précisaient alors que les sels de lithium à 8% n’avaient aucune activité contre Pityrosporum…Les dermatologues pouvaient encore longtemps invoquer la présence de ce champignon saprophyte de la peau pour prescrire du kétoconazole (Ketoderm) aux propriétés anti-leukotriènes donc anti-allergiques marquées (6). La chaîne pharmaceutique (industrie et pharmacie) avait encore de beaux jours devant elle…mais les temps ont changé et une imposture pendant plus d’un siècle ne peut pas durer éternellement !

https://www.bernardsudan.net/post/Dermite-s%C3%A9borrh%C3%A9ique%3A-la-plus-grande-imposture-du-vingti%C3%A8me-si%C3%A8cle-en-dermatologie-et-en-m%C3%A9decine2

D’autres personnes plus avisées et ayant un minimum de patience ont continué l’usage quotidien du pain dermatologique aux sels de la Mer Morte en notant une nette amélioration après deux semaines tout en hydratant avec une crème légère toujours aux sels de la Mer Morte:

http://dermite-seborrheique.forumactif.com/t1937-massada-pain-dermatologique-sels-mer-morte

Mon hypothèse de stabilisation des mastocytes tissulaires en présence de solutions salées ainsi que la restauration de la communication cellulaire de ces mêmes mastocytes que j’expliquais par la conductivité des solutions salées contrairement à de l’eau pure dont la conductivité est nulle me confortent aujourd’hui toujours plus. Nous sommes sur une nouvelle voie de recherche passionnante  qui devrait nous permettre de moduler efficacement notre réaction de dermite séborrhéique.

J’ai aussi eu l’occasion de rencontrer d’autres personnes atteintes de différents syndromes dermatologiques (psoriasis, dyshidrose, dermatite atopique, acné) qui ont bien compris mon hypothèse et ont utilisé ce pain dermatologique aux sels de la Mer Morte pendant plusieurs semaines avec succès. Je peux aussi préciser que certaines personnes ont utilisé de l’eau salée avec des résultats notoires me le communiquant sur mon blog dans un esprit constructif et je les remercie tous.

On constate donc que la communication et le conseil d’une personne atteinte de dermite séborrhéique peut permettre des progrès importants contre cette maladie. Pour pouvoir être convaincant, il faut d’abord savoir écouter et ensuite être constructif selon chaque situation avec des arguments en évitant de couvrir une réaction de la peau avec du fond de teint… une « thérapie » plutôt surprenante sur le même forum qui proposait une statistique d’amateur tout en ayant des publicités pour des produits fantaisistes et même des propositions pour investissements en bourse sur le Forex…

Pour des publicités de toutes sortes, je vous conseille une description de la dermite séborrhéique qui donne de la nausée:

http://www.medicinales.fr/Dermite-seborrheique

En conclusion, surtout pas de publicité pour des produits efficaces, peu coûteux et naturels…et si vous commandez sur Internet, n’oubliez pas de me demander des conseils judicieux pour éviter de perdre du temps: j’ai plus de quarante années de DS derrière moi, ah non! depuis 38 années car depuis deux années je n’ai plus rien…avec le pain dermatologique aux sels de la Mer Morte (surtout ne pas oublier d’hydrater la peau après…) et surtout pas de fond de teint…

Avec du recul, je n’étais pas loin de la solution salée au début de mes travaux de recherche lorsque j’avais publié dans la revue de dermatologie « Cutis » (7) les effets positifs du cromoglycate de sodium, une molécule efficace contre l’asthme allergique utilisée en poudre. J’avais essayé de trouver une formulation galénique mais le cromoglycate de sodium était très faiblement absorbé par la peau en crème…contrairement à de l’eau salée.

Au Moyen-Âge nous aurions utilisé un masque de fer…mais au fait on ne fumait pas de tabac à cette époque: à méditer pour les dermatologues ! Il a bien fallu tout le vingtième siècle pour interdire l’amiante…

(1) Sudan BJL: Human body frequency modulation by 0.9% sodium chloride solutions : a new paradigm and perspective for human health.. Medical Hypotheses, 2000, 55, 160-163.

(2) Sudan BJL, Sainte-Laudy J: Nicotine and Immunolgy: Chapter 7 in‘Drugs of Abuse andImmune Function’ (Editor: Ronald R. Watson), pages 113-123, Boca Raton, Florida, CRC Press, USA, 1990.

(3) P.G. Unna: das seborrheische Ekzem, Monatsheft für praktische Dermatologie, 1887, 6, 827.

(4) Kerr K. et al. : Scalp stratum corneum histamine levels : novel sampling method reveals association with itch resolution in dandruff/seborrheic dermatitis treatment. Acta Derm. Venereol., février 2011

(5) J. Boyle, J.L. Burton, J. Faergemann: Use of topical lithium succinate for seborrhoeic dermatitis. British Medical Journal, 1986, 292: 28.

(6) J.R. Beetens, W. Loots, Y. Somers, M.C. Coene and F. de Clerck. Ketoconazole inhibits the biosynthesis of leukotrienes in vitro and in vivo. Biochemical Pharmacology, 1986, 35, 883-891.

(7) Sudan BJL, Sterboul J. Dermite séborrhéique et cromoglycate de sodium. Cutis, 4, 1-2, 81-85, 1980.

Fermer le menu