CYTOS: vaccin anti-nicotine, bilan d’une décennie sans résultats et misère de la recherche en biologie moléculaire et des biotechnologies.

Pendant la décennie 2000 à 2011, j’ai pu observer avec une attention particulière le développement d’un vaccin anti-nicotine destiné à l’arrêt de la consommation de tabac.

Il faut d’abord préciser que l’industrie pharmaceutique avait d’abord essayé le mettre sur le marché des chewing-gums à la nicotine, ensuite des patchs transdermiques à la nicotine et dans certains pays des sprays à la nicotine. Toutes les études avaient mobilisé des milliers de chercheurs pour un faible résultat mais le principal pour l’industrie pharmaceutique était de vendre de la marchandise.

J’avais ridiculisé en 1989 une équipe suisse (1) (Berne et Bâle) qui avait utilisé un placebo avec 1 mg de nicotine dans le système transdermique lors d’une étude contre placebo (2). Je précise qu’à l’époque tous les bureaucrates de la médecine imposaient des études en double aveugle contre placebo à Jacques Benveniste, directeur de recherche INSERM et qui venait de publier ses résultats concernant les hautes dilutions dans la revue Nature (3) sans s’imposer à eux-mêmes les mêmes règles… surtout pour essayer de démontrer que la nicotine était la molécule du tabac induisant une dépendance… Je précise aussi que le pauvre John Maddox, éditeur de Nature avait réussi la performance à reproduire un beau résultat positif avec une courbe ondulatoire qui aurait permis le développement de n’importe quel « médicament » dans l’industrie pharmaceutique… mais le danger était immédiat avec le développement de la biologie numérique et l’effondrement de l’industrie pharmaceutique classique dont les misérables résultats sont visibles maintenant avec le Vioxx et les coxibs, le Mediator sans oublier les centaines de médicaments déremboursés pour le peu de service médical rendu (SMR) et maintenant l’effondrement des sociétés de biotechnologies.

On peut suivre le développement de la société CYTOS depuis l’année 2000 et voir particulièrement le développement du vaccin anti-nicotine: http://www.cytos.com/?id=939

L’optimisme est de mise en 2003 pour faire croire aux investisseurs que CYTOS développe des produits issus de la biotechnologie avec de très bonnes perspectives financières (4), ensuite la dure réalité apparaît avec des résultats médiocres en octobre 2009 (5)  pour la simple et bonne raison que la nicotine n’est pas une molécule addictive mais un haptène à l’origine d’un syndrome dermatologique décrit depuis plus d’un siècle en dermatologie, la dermite séborrhéique (6) et dont le risque majeur en vaccin est l’induction de chocs anaphylactiques comme observé lors d’une étude préclinique.

On pouvait croire que le développement de ce vaccin allait terminer dans un tiroir… mais CYTOS persiste encore fin 2010 (7).

Mais la triste réalité apparaît en août 2011 lors de l’annonce de 72 licenciements sur un total de 82 employés… et des résultats financiers catastrophiques ainsi qu’une importante dette à rembourser (8), le vaccin anti-nicotine n’étant plus prioritaire !

Félicitations à François l’Eplattenier (9), ancien directeur de la recherche de CIBA qui avait été parachuté à la tête du conseil d’administration de CYTOS et qui vient de quitter ses fonctions en 2010 pour « limite d’âge »… en laissant des résultats à la hauteur de ce que les chimistes ont réussi depuis les travaux de Jacques Benveniste: bloquer la recherche innovante pour gagner du temps et faire croire que les biotechnologies étaient LA SOLUTION. Ils avaient tout faux et le résultat est pitoyable, seuls les innocents peuvent encore croire en de tels projets inutiles, pour preuve fin 2004 le développement d’un « vaccin anti-psoriasis » (10) inutile car trop risqué… alors que les produits à base de sels de la Mer Morte sont beaucoup plus efficaces et sans effets secondaires… (11). On peut méditer sur l’optimisme de Philipp Mueller, un des « experts » de Cytos et qui était coauteur de l’étude du Lancet en 1989 avec un « placebo » contenant 1 mg de nicotine…:

« Philipp Mueller, Executive Vice President Clinical and Regulatory Affairs of Cytos Biotechnology, comments: “CYT007-TNFQb has the potential to become a very attractive treatment option for people suffering from psoriasis. Since it is a vaccine, we expect it to have a long lasting effect. A limited number of treatments per year should suffice to  control the disease. This is certainly a major advantage over current drug therapy, which requires people to receive medication on a daily or weekly basis. »

La crise financière actuelle ne permet plus de financer n’importe quel projet sans résultats et pour uniquement employer des personnes à brasser de l’air (12), aussi il serait judicieux de réorienter la recherche (13) : http://www.jacques-benveniste.org/

Dernière information pour confirmer l’inutilité et l’inefficacité du vaccin anti-nicotine: les résultats du NicVax sont similaires à un placebo…:

http://www.unairneuf.org/2011/07/vaccin-anti-tabac-nicvax-nabi-gsk-echec-essai-comparatif.html

Que de temps perdu !

(1) Abelin T, Buehler A, Müller P, Vesanen K, Imhof PR. Department of Social and Preventive Medicine, University of Berne, Switzerland. Lancet. 1989 Jan 7;1(8628):7-10. Controlled trial of transdermal nicotine patch in tobacco withdrawal.

(2) Sudan BJL: Transdermal nicotine and placebo, The Lancet, 1989, i, 334.

(3) E. Davenas, F. Beauvais, J. Amara, M. Oberbaum, B. Robinzon, A. Miadonnai, A. Tedeschi, B. Pomeranz, P. Fortner, P. Belon, J. Sainte-Laudy, B. Poitevin, J. Benveniste. Human basophil degranulation triggered by very dilute antiserum against IgE, , Nature 333, 816-818, 30 juin 1988.

(4) http://www.cytos.com/doc/Cytos_Press_E_230904.pdf

(5) http://www.cytos.com/userfiles/file/Cytos_Press_E_091015.pdf

(6) Sudan BJL, Sainte-Laudy J. Nicotine and Immunology In: Watson R.R., ed. Drugs of Abuse and Immune Function. Boca Raton: CRC Press USA, 1990: 113-123. https://www.bernardsudan.net/post/Dermite-s%C3%A9borrh%C3%A9ique%3A-la-plus-grande-imposture-du-vingti%C3%A8me-si%C3%A8cle-en-dermatologie-et-en-m%C3%A9decine2

(7) http://www.cytos.com/userfiles/file/Cytos_Press_E_101105.pdf

(8) http://www.cytos.com/userfiles/file/Cytos_Press_E_110817.pdf

(9) http://www.cytos.com/userfiles/file/Cytos_Press_E_100304.pdf

(10) http://www.cytos.com/doc/Cytos_Press_E007.pdf

(11) https://www.bernardsudan.net/post/Pain-dermatologique-Massada,-dermite-s%C3%A9borrh%C3%A9ique-et-un-nouveau-cas-de-psoriasis.

(12) http://www.tdg.ch/depeches/suisse/cytos-biotechnology-reduit-voilure-72-emplois-trappe

(13) http://www.jacques-benveniste.org/

Bernard Sudan

Ex Chef de laboratoire en toxicologie et pharmacologie LabHead Ciba-Geigy, CIBA, Novartis, Bâle, 1975-2006 Research Nicotine as a hapten in seborrheic dermatitis, The Lancet, British Medical Journal, British Journal of Dermatology, Food and Chemical Toxicology, "Nicotine and Immunology" in Drugs of Abuse and Immune Function Ronald R. Watson ed. https://www.dermiteseborrheique.net https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/110720/dermite-seborrheique-et-fiasco-de-la-recherche-en-dermatologie https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/170818/de-1887-2020-l-effondrement-du-dogme-de-la-dermite-seborrheique https://www.bernardsudan.net/ https://www.youtube.com/channel/UCeQB3vdsKeZU-E0zORZr0vQ?view_as=subscriber