Covid-19 et l’étrange démarche journalistique de Mediapart

Dès les premières interventions du professeur Didier Raoult le 25 février dernier soutenant scientifiquement l’utilisation de la chloroquine, utilisée contre le paludisme depuis 1949, Mediapart intervenait deux jours plus tard pour essayer de neutraliser cette démarche logique car s’appuyant sur l’expérience des médecins chinois (voir mon papier du 27 février dépublié par Mediapart): https://www.bernardsudan.net/

On pouvait immédiatement s’étonner en lisant en fin de l’article de Caroline Coq-Chodorge la réfutation fantaisiste du directeur de la santé Jérôme Salomon qui avait signé avec Agnès Buzyn un décret le 13 janvier 2020 passant subrepticement la chloroquine en substance vénéneuse:

Entre-temps Mediapart ne s’inquiétait pas spécialement des retards concernant les livraisons de masques et la détection systématique par PCR des patients présentant des symptômes comme le préconisait depuis le 25 février Didier Raoult, premier expert mondial en maladies infectieuses: https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/180320/coronavirus-chloroquine-et-retard-de-traitement

On retrouve ensuite des intervenants comme François Bricaire de l’académie de Médecine dont la page Wikipedia est quasiment vide s’exprimant le 20 mars…avec prudence pour l’utilisation de la chloroquine: https://www.facebook.com/konbininews/videos/227632341722125/?v=227632341722125

alors que celui-ci s’était déjà particulièrement distingué avec son collègue Alain Trautmann dans un pseudo « débat » organisé par Mediapart en juin 2018 sur la maladie de Lyme: https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/080618/pseudo-debat-de-mediapart-sur-la-maladie-de-lyme

François Bricaire devait se retrouver beaucoup plus tardivement avec les signataires de la pétition initiée le 3 avril 2020 par Christian Perronne et Philippe Douste-Blazy pour que tous les médecins libéraux puissent enfin prescrire de l’hydroxychloroquine jusqu’à présent réservée uniquement aux centres hospitaliers par décret du 26 mars 2020 et en stade tardif de l’infection alors que nous savions que cette prescription ne servait alors plus à rien ! : https://www.change.org/p/ephilippepm-traitement-covid19-ne-perdons-plus-de-temps-neperdonsplusdetemps

De plus, l’Académie de Médecine dont François Bricaire fait partie a été totalement absente pendant tout le mois de mars, période cruciale pour réduire la pandémie de Covid-19 et alors que le « conseil scientifique » du président de la République a plusieurs membres aux liens d’intérêt avec le lobby pharmaceutique préconisait aux patients de rester chez eux en prenant du paracétamol sans aucune activité contre le Covid-19 et aux effets secondaires potentiellement toxiques !

Et brusquement sous la plume de Pascale Pascariello de Mediapart le 7 avril dernier, nous pouvions être stupéfaits en lisant un papier de caniveau https://www.mediapart.fr/journal/france/070420/chloroquine-pourquoi-le-passe-de-didier-raoult-joue-contre-lui

à charge contre Didier Raoult, en oubliant de relater les seuls faits importants, l’utilisation de l’hydroxychloroquine et de l’azythromicine dont les résultats à l’IHU de Marseille étaient et sont toujours spectaculaires depuis le début d’infection Covid-19 après confirmation par test PCR, résultats toujours plus probants au fil des jours et semaines : https://www.mediterranee-infection.com/covid-19/

Cette « journaliste » s’est elle-même complètement ridiculisée dès le début de son papier en ayant le courage d’écrire une véritable perte de contact avec la réalité des faits comme nous pouvons le constater ci-dessus :  » Il est impossible de savoir si le traitement à la chloroquine permettra un jour d’abattre le Covid-19″ et en donnant la réponse du berger à la bergère concernant les liens d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique de tous ceux qui sont impliqués dans ce scandale sanitaire :

Pour terminer cette démarche en dehors de toute logique scientifique qui s’appuie normalement sur les faits, nous avons une nouvelle sortie ubuesque d’Hélène Salvi sur Twitter qui qualifie de « complotiste » l’intervention du Nobel de Médecine, le professeur Luc Montagnier, découvreur du virus HIV du SIDA et donc beaucoup plus apte à donner son avis étayé par des faits et les travaux publiés du mathématicien Jean-Claude Perez : https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/170420/covid-19-et-evidence-d-un-virus-manipule , nous pourrions ainsi croire que madame Salvi, totalement incompétente en biologie moléculaire, nous distille la bonne parole !

https://twitter.com/ellensalvi/status/1251474760959176704?s=20a

Comme par hasard Ellen Salvi rejoint l’extrême droitiste Laurent Alexandre qui voudrait « interdire » de paroles le Nobel de Médecine Luc Montagnier …

tout en ayant un « curriculum vitae éloquent » selon Wikipedia…, habitant « Bruxelles comme résidant fiscal, possédant une holding au Luxembourg avec une quinzaine de sociétés, proche de Jacques Attali… »etc. : https://fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Alexandre

En conclusion, il faudra bien découvrir les liens qui unissent certains journalistes comme Caroline Coq-Cochorge, Pascale Pascariello et Hélène Salvi avec leurs « sources » et leurs « conseillers » en science…car nous pourrions avoir quelques surprises comme depuis le début de cette pandémie alors que nous n’avons pas manqué de constater les nombreux liens d’intérêt de certains « médecins » avec des laboratoires pharmaceutiques comme notamment Gilead avec le ramdesivir ou Regeneron Pharmaceuticals (Sanofi) avec le Kevsara utilisé en stade tardif de l’infection ! https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/110420/chloroquine-sanofi-regeneron-pharmaceuticals-chu-nantes-et-liens-d-interets

L’écrivain Pierre Lance avait déjà soutenu le professeur Luc Montagnier, cible d’attaques odieuses de la part de nabots de la médecine défendant leur propres intérêts au mépris de la santé de la population : https://www.bernardsudan.net/soutien-a-luc-montagnier-laureat-nobel-de-medecine/

Bernard Sudan

Ex Chef de laboratoire en toxicologie et pharmacologie LabHead Ciba-Geigy, CIBA, Novartis, Bâle, 1975-2006 Research Nicotine as a hapten in seborrheic dermatitis, The Lancet, British Medical Journal, British Journal of Dermatology, Food and Chemical Toxicology, "Nicotine and Immunology" in Drugs of Abuse and Immune Function Ronald R. Watson ed. https://www.dermiteseborrheique.net https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/110720/dermite-seborrheique-et-fiasco-de-la-recherche-en-dermatologie https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/170818/de-1887-2020-l-effondrement-du-dogme-de-la-dermite-seborrheique https://www.bernardsudan.net/ https://www.youtube.com/channel/UCeQB3vdsKeZU-E0zORZr0vQ?view_as=subscriber