Covid-19, chloroquine, tocilizumab, toxicité et liens d’intérêt

Alors qu’une certaine « presse » assure une publicité indécente : https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200428.OBS28090/5-questions-sur-le-tocilizumab-nouvel-espoir-dans-la-lutte-contre-le-coronavirus.html

pour le tocilizumab (RoActemra), un anticorps monoclonal des laboratoires Roche, mis sur le marché en janvier 2009 nous permettant avec du recul de suivre les effets secondaires redoutables, notamment des chocs anaphylactiques https://www.ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/deaabe4616246c03cf0f0706ad0b3257.pdf

il ne fait aucun doute que les services sanitaires français ont attendu au maximum pour favoriser un tel traitement au prix exorbitant contre le Covid-19 (environ 800 euros par seringue…) avec la réponse ubuesque d’un « chercheur » impliquer dans ce traitement:

« A ce stade, les chercheurs n’ont pas observé plus d’effets secondaires indésirables chez les patients ayant reçu l’immunomodulateur que chez ceux qui ont reçu le traitement standard, a souligné le Pr Mariette », sans citer le « traitement standard » qui montre ainsi sa grande « rigueur scientifique »…osant encore comparer le coût de ce « traitement » avec une journée en réanimation !

On retrouve dans la même lignée un autre anticorps monoclonal au prix exorbitant et à la toxicité élevée, le sarilumab (Kevzara) de Regeneron Pharmaceuticals avec Sanofi pour traiter les phases tardives d’infection au Covid-19 :

J’avais auparavant publié les liens d’intérêt de certains médecins du CHU de Nantes avec Regeneron Pharmaceuticals alors que le professeur Didier Raoult avait reçu des menaces de mort émanant de ce CHU: https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/110420/chloroquine-sanofi-regeneron-pharmaceuticals-chu-nantes-et-liens-d-interets

On constate donc que ces anticorps monoclonaux aux prix exorbitants sont prévus pour les phases tardives de l’infection avant la réanimation alors que le traitement hydroxychloroquine et azythromicine à 11,54 euros :

agit immédiatement après détection par PCR de l’infection, réduisant à zéro la charge virale des patients au jour 6, ce qui démontre l’absence de déontologie médicale de ces « médecins » qui voudraient favoriser des traitements tardifs, aux prix exorbitants et à la toxicité importante !

L’absence de décisions claires et nettes pour le protocole du professeur Didier Raoult depuis le 25 février 2020 tout en refusant le dépistage de masse des personnes infectées démontre ainsi l’incurie du gouvernement français alors que des milliers de décès inutiles auraient pu être évités : il faudra bien rendre des comptes à la population française qui attendait une autre gestion de cette crise sanitaire !

On retrouve rapidement les liens d’intérêts du médecin coordinateur d’une telle étude, notamment Olivier Hermine : https://www.europe1.fr/sante/le-tocilizumab-est-il-le-nouveau-remede-contre-le-coronavirus-3964756

Nous constatons une fois de plus comment certains « médecins » sont bien loin du serment d’Hippocrate et se sont totalement disqualifiés face à la population française ! Voici les véritables informations scientifiques auprès du professeur Didier Raoult :

Bernard Sudan

Ex Chef de laboratoire en toxicologie et pharmacologie LabHead Ciba-Geigy, CIBA, Novartis, Bâle, 1975-2006 Research Nicotine as a hapten in seborrheic dermatitis, The Lancet, British Medical Journal, British Journal of Dermatology, Food and Chemical Toxicology, "Nicotine and Immunology" in Drugs of Abuse and Immune Function Ronald R. Watson ed. https://www.dermiteseborrheique.net https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/110720/dermite-seborrheique-et-fiasco-de-la-recherche-en-dermatologie https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/170818/de-1887-2020-l-effondrement-du-dogme-de-la-dermite-seborrheique https://www.bernardsudan.net/ https://www.youtube.com/channel/UCeQB3vdsKeZU-E0zORZr0vQ?view_as=subscriber