Chloroquine et essai « ouvert » Discovery

Alors que le Professeur Didier Raoult annonçait dès le 25 février 2020 https://www.mediterranee-infection.com/coronavirus-vers-une-sortie-de-crise/ l’efficacité de la chloroquine suite à une étude in vitro dans son laboratoire de l’IHU Timone Marseille et après les conclusions des médecins chinois d’inscrire son utilisation dans les recommandations santé de la Chine, l’étude Discovery a commencé un essai randomisé le 22 mars 2020… (quatre semaines plus tard !) pour mesurer l’efficacité de plusieurs molécules en essai « ouvert », ayant abandonné l’idée très répandue d’études en double aveugle contre placebo qui aurait été honteuse au niveau éthique: https://www.inserm.fr/actualites-et-evenements/actualites/covid-19-demarrage-essai-clinique-discovery?fbclid=IwAR32EXfr0-dAJhaCe1RagvF9CqOUyKuhoVSkXwMqYw1ir8bVC7xBqeOc7Xs

Tout d’abord, les résultats publiés quotidiennement par l’IHU Timone Marseille montrent depuis longtemps une efficacité remarquable du protocole suivant: mesure de la charge virale par PCR pour traiter les patients positifs au Covid-19 par hydroxychloroquine 3 x 200 mg/jour avec mesure ECG jour 0 et jour 2 + azythromycine (antibiotique à visée pulmonaire): https://www.mediterranee-infection.com/covid-19/

Nous allons donc étudier l’opportunité d’une telle étude et montrer sa très grande inefficacité en cas de crise sanitaire avec urgence thérapeutique.

On voit immédiatement que tous les patients sont en stade très avancé de l’infection Covid-19 alors que l’efficacité du traitement marseillais est suspendu à son utilisation rapide après détection PCR !

Ensuite l’utilisation de l’hydroxychloroquine et son dosage pour comparaison n’apparaissent pas ainsi que l’utilisation de l’antibiotique azythromicine ! Le protocole marseillais n’est donc pas respecté !

Comment proposer des « soins standards » sans expliquer ce qu’ils sont à des patients pouvant terminer en réanimation avec décès hautement probable ! Le serment d’Hippocrate est alors trahi dans cette situation car tout médecin doit apporter son aide efficace selon la meilleure thérapeutique du moment !

Les différentes molécules antivirales inclues dans ce protocole Discovery, remdesivir, lopinavir et ritonavir ou lopinavir, ritonavir et interféron beta méritent également une attention particulière quant à leur toxicité éventuelle, l’étude « Discovery » promet une analyse à la fin, ce qui n’est éthiquement pas tenable car les patients sont alors des cobayes !

Les médecins chercheurs chinois viennent de publier le 26 mars 2020 la comparaison des effets secondaires des différentes molécules montrant ainsi leur très grande expérience en la matière alors que l’étude « Discovery » semble ignorer de tels résultats exemplaires qui auraient permis de gagner du temps !

Lire ci-après les effets secondaires des molécules de l’étude « Discovery », en retard totalement par rapport à la réalité scientifique du moment : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/epdf/10.1002/jmv.25788

On voit ainsi que l’utilisation de plusieurs molécules aux effets secondaires potentiels apparaît non éthique par rapport au recul en toxicologie avec les molécules hydroxychloroquine et azythromicine du protocole marseillais qui ont été depuis longtemps utilisées en thérapeutique, notamment pour l’hydroxychloroquine depuis 1949 !

https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/240320/chloroquine-terfenadine-et-toxicite

https://www.mediterranee-infection.com/procedure-de-securisation-de-la-prescription-du-traitement-hydroxychloroquine-azithromycine/

En conclusion, comment est-il possible d’exposer des patients contaminés au Covid-19 à des traitements aléatoires en essai « ouvert » alors que l’éthique médicale aurait déjà dû orienter rapidement les traitements vers le protocole du Professeur Didier Raoult ! Une dernière étude chinoise randomisée montre bien que le gouvernement a déjà fait perdre beaucoup trop de temps, montrant ainsi son incurie !

https://www.msn.com/fr-be/actualite/coronavirus/covid-19-une-%c3%a9tude-chinoise-randomis%c3%a9e-donne-raison-au-professeur-raoult/ar-BB11Yj15?ocid=sf&fbclid=IwAR0qyv6e1lz15DB4SEaJdibd62CKBXTg0W8nK2-3_9SX4h1d7R23VdKLzuk

Bernard Sudan

Ex Chef de laboratoire en toxicologie et pharmacologie LabHead Ciba-Geigy, CIBA, Novartis, Bâle, 1975-2006 Research Nicotine as a hapten in seborrheic dermatitis, The Lancet, British Medical Journal, British Journal of Dermatology, Food and Chemical Toxicology, "Nicotine and Immunology" in Drugs of Abuse and Immune Function Ronald R. Watson ed. https://www.dermiteseborrheique.net/ https://blogs.mediapart.fr/bernard-sudan/blog/170818/de-1887-2020-l-effondrement-du-dogme-de-la-dermite-seborrheique https://wordpress.com/view/www.bernardsudan.net