Mémoire de l’eau de Jacques Benveniste et nouvelles perspectives thérapeutiques

Suite à la diffusion du documentaire « ON A RETROUVÉ LA MÉMOIRE DE L’EAU » sur France 5 le 5 juillet 2014:

http://blogs.mediapart.fr/blog/bernard-sudan/200614/le-changement-en-biologie-et-en-medecine-cest-maintenant-0

nous pouvons tirer des conclusions claires quant aux nouvelles perspectives thérapeutiques qui vont maintenant émerger définitivement dans ce nouveau paradigme.

En effet, avec uniquement une empreinte électromagnétique dans de l’eau, nous allons éviter tous les effets secondaires toxiques des médicaments classiques ce qui va provoquer la chute de l’industrie pharmaceutique:

http://www.carevox.fr/sante-maladies/article/l-industrie-pharmaceutique-tente

On peut également dès à présent constater qu’une solution très simple existe déjà pour moduler certaines réactions dermatologiques comme la dermite séborrhéique ou le psoriasis en utilisant des solutions contenant des sels  de la Mer Morte:

http://www.carevox.fr/medicaments-soins/article/dermite-seborrheique-et

http://www.dermiteseborrheique.net/une-maladie-recente/

Nous rejoignons ainsi le phénomène décrit par Jacques Benveniste dès 1988:

http://www.jacques-benveniste.org/

montrant la différence entre de l’eau pure et de l’eau salée avec implication de la conductivité dans les phénomènes observés: dans l’eau pure, le courant ne passe pas et dans une solution saline le courant passe bien permettant ainsi certainement une communication correcte entre les cellules impliquées, évitant une dégranulation avec libération des médiateurs de l’allergie.

http://www.carevox.fr/sante-maladies/article/dermite-seborrheique-et-nouvelles

Evidemment, nous sommes bien loin de la pseudo-théorie de la séborrhée des dermatologues depuis 1887 pendant tout le vingtième siècle:

http://www.bernardsudan.net/post/Dermite-s%C3%A9borrh%C3%A9ique%3A-la-plus-grande-imposture-du-vingti%C3%A8me-si%C3%A8cle-en-dermatologie-et-en-m%C3%A9decine2

Les obscurantistes ne voulaient pas accepter que le test de dégranulation des basophiles humains (TDBH) de Jacques Benveniste, efficace pour le diagnostic des allergies courantes était aussi efficace pour démontrer un phénomène ondulatoire sans molécule et John Maddox, l’éditeur de Nature s’était alors ridiculisé avec son courrier du 14 septembre 1988:

http://blogs.mediapart.fr/blog/bernard-sudan/201213/jacques-benveniste-et-lerreur-fatale-de-john-maddox-editeur-de-nature

Dans le documentaire du 5 juillet 2014, nous voyons également que le test utilisant le coeur isolé de rat fonctionnait totalement avec des hautes dilutions alors que ce test était également utilisé en pharmacologie classique…Sans commentaire !

Maintenant pour la transduction de l’ADN en utilisant la PCR, les obscurantistes devraient se recycler totalement et abandonner la recherche. Pour la recherche, il ne suffit pas d’être « major de promotion à Polytechnique »…il faut être ouvert à toutes les observations existantes comme Jacques Benveniste nous l’a démontré à maintes reprises.

Concernant l’étiologie de l’autisme, comme Luc Montagnier l’a bien montré, la microscopie électronique a permis de bien visualiser des bactéries, une réalité que personne ne peut contester. L’utilisation d’antibiotiques semble efficace, cependant je voudrais préciser que certaines plantes ont des propriétés antibiotiques marquées ce que j’ai pu constater pour le traitement d’une furonculose récidivante aux jambes et alors que les antibiotiques classiques ne pouvaient plus être utilisés (rash urticairien):

http://www.carevox.fr/sante-naturelle-57/article/furoncles-l-ortie-une-alternative

Une récente étude en pharmacologie vient de démonter l’activité antibiotique marquée de l’ortie piquante (Urtica dioica):

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23036051

Ainsi des solutions simples existent pour traiter des maladies soi-disant compliquées et on peut comprendre que les travaux de Jacques Benveniste aient provoqué une telle opposition des conservateurs de la médecine, de la physique, de la chimie et de la biologie.

Les temps ont changé et maintenant nous vivons définitivement un nouveau paradigme, celui de la biologie numérique. Luc Montagnier avait raison de dire que Jacques Benveniste aura été le « Galilée du vingtième siècle » !