Cigarettes électroniques et fumée passive de nicotine: un nouveau scandale !

La cigarette électronique a été développée en 2009 avec l’intention bien réelle de vaporiser de la nicotine:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cigarette_%C3%A9lectronique

« La technologie de vaporisation par résistance chauffante, la plus répandue pour les cigarettes électroniques en 2013, a été inventée et brevetée vers 2009 par le chinois David Yunqiang Xiu avec son « Electronic Nicotine Delivery System (ENDS) »

On voit ainsi que dans l’abréviation utilisée, il s’agissait bien d’un système destiné à vaporiser de la nicotine, une molécule soi-disant addictive, affirmation qui laisse d’ailleurs douter l’un des plus grands spécialistes de la dépendance au tabac, Robert Molimard:

http://www.formindep.org/Le-mythe-de-l-addiction-a-la.html

En effet, la nicotine est une petite molécule, un haptène ayant des propriétés sensibilisantes et ainsi capable de provoquer des réactions de la peau, notamment chez les non-fumeurs:

Sudan BJL, Sainte-Laudy J. Nicotine and Immunology In : Watson R.R., ed. Drugs of Abuse and Immune Function. Boca Raton : CRCPress USA, 1990 : 113-123

Le rôle des mastocytes tissulaires avec libération d’histamine et d’autres médiateurs de l’allergie et de l’inflammation avait été clairement démontré dès l’année 1978 lors d’investigations concernant une dermatite familiale ressemblant à la dermite séborrhéique, d’étiologie inconnue depuis 1887 à une époque où la fumée de tabac commença par envahir les lieux publics:

Sudan BJL : Contribution à l’étude du rôle allergénique de la fumée de tabac. Le tabac : un allergène, la nicotine : un haptène, Allergie et Immunologie, 1978, 10, 36-54.

Les propriétés sensibilisantes de la nicotine ont été d’ailleurs confirmées par l’équipe de Howard Maibach en étudiant les réactions dermatologiques après utilisation de patchs à la nicotine:

Smith EW, Smith KA, Maibach HI, Andersson PO, Cleary G, Wilson D.  The local side effects of transdermally absorbed nicotine. Skin Pharmacology, 1992, 5, 69-76.

On retrouve dans cette publication un schéma montrant bien l’implication des mastocytes tissulaires et de l’histamine lors de ces réactions de la peau.

Un récent rapport de l’Office français de prévention du tabagisme (OFT, mai 2013) disponible en ligne:

http://www.oxygeneve.ch/?q=node/39

est cependant en complète contradiction avec les propriétés évidentes de la nicotine (page 16):

http://www.ofta-asso.fr/docatel/Rapport_e-cigarette_VF_1.pdf

« En effet, cette substance fortement addictive est disponible depuis 400 ans en Europe et massivement utilisée depuis 60 ans tandis que le tabagisme, support actuel de la prise de nicotine, a fait plus de 100 millions de morts. »

Les preuves que « cette substance était fortement addictive » n’ont jamais été prouvées notamment lors d’une multitude d’études contre placebo et avec toutes les formes galéniques utilisées (gommes, patchs, vaccins). Les résultats n’ont jamais montré de différence significative entre la nicotine et un placebo alors que le système soi-disant scientifique voulait imposer des études en double aveugle contre placebo avec reproduction totale des résultats à Jacques Benveniste en 1988…:

Benveniste J.: Ma vérité sur la « mémoire de l’eau ». Préface du professeur Brian D. Josephson, Prix Nobel de physique, Albin Michel, Paris, 2005.

Les non-fumeurs retrouvent ainsi la même situation avec les cigarettes électroniques qu’avec l’inhalation passive de fumée de tabac durant les nombreuses décennies passées:

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1607983/?page=1

Avec la respiration passive de nicotine issue des cigarettes électroniques, nous savons maintenant que le taux de cotinine, une molécule de biodégradation de la nicotine dans l’organisme humain est similaire à celui observé avec de la fumée de tabac passive:

http://www.oxygeneve.ch/?q=node/39

Flouris AD, Chorti MS, Poulianiti KP, Jamurtas AZ, Kostikas K, Tzatzarakis MN, Wallace Hayes A, Tsatsaki AM, Koutedakis Y Acute impact of active and passive electronic cigarette smoking on serum cotinine and lung function. Inhal Toxicol. 2013 Feb;25(2):91-101

Face à de tels résultats (réactions dermatologiques potentielles et présence de cotinine dans l’urine des non-fumeurs), il apparaît urgent d’interdire rapidement la cigarette électronique dans tous les lieux publics afin d’éviter aux non-fumeurs des réactions allergiques par l’haptène nicotine.

On peut donc être surpris de constater que seuls trois pays européens (Belgique, Luxembourg et Malte) aient banni la cigarette électronique dans tous les lieux publics alors que la France n’a pas encore réagi rapidement pour protéger les non-fumeurs:

« La réglementation sur l’interdiction d’utiliser l’e-cigarette dans les lieux où il est interdit de fumer n’est actuellement pas parfaitement claire » Rapport de l’OFT, page 102

On trouve cependant une note d’espoir avec le royaume du Bhoutan…dans ce rapport de l’OFT (page 143):

« Le Royaume du Bhoutan, un petit royaume de l’Himalaya qui mesure son développement en « bonheur intérieur brut », a banni le tabac depuis le 17 décembre 2004. C’est le seul pays au monde à l’avoir fait à ce jour. Il a logiquement banni de façon plus récente l’e-cigarette ».

Quant à la France, les multiples questions posées par certains députés ou sénateurs n’ont eu que des réponses évasives…:

Rapport de l’OFT (page  165):

« Mme Marie-Jo Zimmermann pose la question de l’utilisation d’e-cigarettes dans les lieux non-fumeurs. La réponse est un peu hors sujet et ne répond pas au tabagisme passif. 

M. Jean-Claude Fruteau pose deux questions sur tous les aspects de l’e-cigarette. Il reçoit une réponse tout aussi générale.

 Lors de la quatorzième législature, M. Hervé Feron n’a pas obtenu de réponse sur sa question précise posée le 25 février 2013 concernant le statut de l’e-cigarette en France. 

Une question a été posée par M. Hervé Maurey ; au 25 février 2013, elle est en attente de réponse du ministère des Affaires sociales et de la Santé.

Les sénateurs ont posé de nombreuses questions au Gouvernement à propos de l’e-cigarette. Comme pour les députés, 6 questions sont quasiment la copie conforme de celle concernant la « nicotine vénéneuse ». »

On peut comprendre la lenteur du gouvernement avec l’exemple de la loi Evin du 10 janvier 1991, bien tardive par rapport à la réalité de l’exposition passive des non-fumeurs et qui fut effective… en 1999 dans les lieux publics comme on pouvait le lire dans le quotidien le Monde:

« L’interdiction de fumer du tabac dans les lieux publics concerne maintenant « les ministères ainsi que les aéroports de Paris, les établissements scolaires et tous les lieux accueillant du public » (Paul Benkimoun, Le Monde, page 10, 27 mai 1999). 

En conclusion, les temps ont changé et les non-fumeurs ont le droit légitime de demander immédiatement l’interdiction rapide de la cigarette électronique dans tous les lieux publics comme pour la fumée de tabac.

Si la France définissait aussi un « bonheur intérieur brut« , les fumeurs n’auraient plus besoin de fumer du tabac ou des cigarettes électroniques…on peut toujours rêver un peu !