Rhinosinusite chronique et solutions salées de la Mer Morte: une alternative logique aux corticoïdes

 

Une récente étude (1) des chercheurs de l’université de Chicago démontre l’efficacité de solutions salées de la Mer Morte utilisées en rinçage et en spray nasal pour le traitement de rhinosinusites chroniques:

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22337474

D’une part, cette étude randomisée et en double-aveugle a duré quatre semaines, une durée logique pour pouvoir comparer deux traitements, l’un à base de solutions salées de la Mer Morte (rinçage et spray) et l’autre utilisant un spray corticoïde à base de fluticasone ainsi que du sérum physiologique (rinçage et spray).

D’autre part, l’étude porte sur un grand nombre de patients, cent quatorze à la fin du test, ce qui est un point important pour l’évaluation statistique des résultats.

Les chercheurs concluent à une efficacité équivalente entre les deux traitements et montrent ainsi une nouvelle voie de traitement sans l’utilisation de corticoïdes aux effets secondaires potentiels à long terme avec notamment une dépendance.

Les solutions salées de la Mer Morte utilisées avec une crème hydratante à base des mêmes sels ont montré déjà une réelle efficacité pour le traitement de la dermite séborrhéique (2,3) en utilisation depuis mars 2010 pour de nombreux patients atteints de ce syndrome dermatologique. D’autres patients atteints de psoriasis, de dyshidrose ou de dermatite atopique ont pu également en apprécier les effets bénéfiques permettant ainsi une alternative aux corticoïdes locaux et aux autres traitements aléatoires sans étiologie précise.

Il faut cependant préciser qu’une évaluation correcte des solutions salées de la Mer Morte n’est possible qu’après plusieurs jours avec une moyenne observée d’une quinzaine de jours pour la plupart des patients en contraste avec l’efficacité plus rapide et toute relative des corticostéroïdes aux effets secondaires non négligeables.

Finalement, l’hypothèse d’une communication cellulaire restaurée des mastocytes tissulaires (4) par des solutions salées notamment de la Mer Morte avec une haute conductivité nous permet d’entrevoir différemment la recherche concernant de nombreuses maladies d’étiologie inconnue mais probablement allergiques et immunologiques (rhinosinusite, dermite séborrhéique, dermatite atopique, dyshidrose, psoriasis, etc.)

(1) Friedman M, Hamilton C, Samuelson CG, Maley A, Wilson MN, Venkatesan TK, Joseph NJ. Dead Sea salt irrigations vs saline irrigations with nasal steroids for symptomatic treatment of chronic rhinosinusitis: a randomized, prospective double-blind study. Int Forum Allergy Rhinol. 2012, 2(3):252-257.

(2) http://www.carevox.fr/sante-maladies/article/dermite-seborrheique-et-nouvelles

(3) http://www.bernardsudan.net/post/Dermite-s%C3%A9borrh%C3%A9ique%2C-psoriasis-et-dermatite-atopique%3A-comment-%C3%A9valuer-correctement-le-pain-dermatologique-Massada-%21

(4) http://www.bernardsudan.net/post/Dermite-s%C3%A9borrh%C3%A9ique-et-conductivit%C3%A9%3A-un-autre-exemple-en-Italie%2C-l-eau-thermale-de-Chianciano

 

Fermer le menu