Retraits de médicaments issus de la biologie moléculaire: la fin d’une époque.

Après le Parfenac, voici maintenant l’Agence européenne du médicament qui demande le retrait de l’antidiabétique Avandia de GlaxoSmithKline en raison du risque accru d’accidents cardio-vasculaires…

Source: http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20100923.FAP8510/l-agence-europeenne-du-medicament-demande-le-retrait-de-l-antidiabetique-avandia.html

et

http://www.lesechos.fr/investisseurs/actualites-boursieres/020812228203-l-avandia-de-glaxo-interdit-en-europe-et-davantage-encadre-aux-etats-unis.htm

Des centaines de médicaments ayant eu des AMM ont déjà été déremboursés pour le peu de service médical rendu… et nous apprenons de nouveaux retraits de médicaments issus de la biologie moléculaire, cette recherche sans résultats notables avec des milliers de « chercheurs » tournant en rond… ceux-là même qui attaquaient Jacques Benveniste, un chercheur d’une autre envergure aux idées autrement plus logiques et qui avait bien expliqué dans de nombreux articles cette impasse de la biologie moléculaire. Le résultat est pitoyable et il faudra bien prochainement basculer vers la recherche en biologie numérique initiée par Jacques Benveniste, dont on peut lire les articles publiés voilà plus de dix ans… dans le quotidien le Monde:

Lien: http://sansconcession.over-blog.com/article-5814355.html

Pour information, les dermatologues traitent depuis plus d’un siècle une dermite soi-disant séborrhéique « sans séborrhée » avec des anti-séborrhéiques… et des anti-fongiques alors que les pauvres saprophytes de la peau n’ont rien à voir avec cette inflammation de la peau puisque les sels de lithium en solution à 8% n’ont aucune activité contre Pityrosporum…

Et l’on ose pas parler du scandale de l’amiante dont la toxicité était connue dès le début du vingtième siècle…

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Amiante

avec ses effets ravageurs à long terme sans que les « chercheurs » de la biologie moléculaire n’interviennent entre-temps pour arrêter ce scandale.

Fermer le menu