Vaccin anti-nicotine: le prochain scandale

La nicotine, petite molécule ne peut à elle seule provoquer une réponse immunitaire chez l’animal ou chez l’homme; par contre, si elle est couplée à une protéine porteuse par exemple l’albumine sérique humaine (ASH), la nicotine devient allergénique et elle devient donc un haptène. J’ai publié depuis 1978 cette évidence en utilisant le test de dégranulation des basophiles humains de Benveniste. Mais on peut aussi utiliser l’anaphylaxie cutanée passive chez l’animal avec le sérum et l’haptène nicotine en challenge, une méthode immunologique fort ancienne. Il y a également la détection des immunoglobulines E spécifiques dirigées contre la nicotine (IgE) par le RAST.
Depuis une dizaine d’années, trois firmes pharmaceutiques essaient de développer un vaccin anti-nicotine pour aider les fumeurs à arrêter de fumer (GSK/Nabi, Novartis aussi!). On connaissait déjà le chewing-gum à la nicotine ou les systèmes transdermiques dont les résultats n’ont pas été si probants, équivalents à des placebos. Nous sommes bien loin des volontés de Maddox, l’ignoble éditeur de Nature qui imposait à Benveniste des études en double aveugle contre placebo. Les chewing-gums ou les patches auraient terminé dans les tiroirs avec une telle exigence. Mais les lobbies pharmaceutiques jouent différemment.
Or comment peut-on prédire un prochain scandale: simplement en voyant les études préliminaires et nous avons un premier cas de choc anaphylactique, réaction majeure de l’allergie et traité en soins intensifs (adrénaline, cortisone).
« One subject in the Phase IIb trial of the NicVAX vaccine had an allergic anaphylactic reaction that resolved with medication »
Publié in « Expert Review of Clinical Pharmacology »
March 2008, Vol. 1, No. 2, Pages 277-290
Donc, l’haptène nicotine, cause d’une maladie de la peau d’étiologie inconnue depuis plus d’un siècle n’a aucun intérêt pour les bureaucrates de l’industrie pharmaceutique par contre vendre un vaccin contenant l’haptène nicotine pour cesser de fumer a un intérêt financier majeur pour les sauver de la ruine future. Leur tentative avec les vaccins anti-grippe A a été un fiasco mais ils continuent dans leur obscurantisme.
Les patients qui feront des réactions anaphylactiques majeures comme celle publiée ci-dessus pourront donc engager de multiples procédures judiciaires contre les laboratoires pharmaceutiques avec gain de cause automatique puisque le rôle d’haptène de la nicotine a été publié (1,2) avant le développement de ces vaccins et spécialement du NicVax de GSK.
(1) Sudan BJL. Transdermal nicotine and placebo. The Lancet, i, 339, 1989.
(2) Sudan BJL, Sainte-Laudy J. Nicotine et Immunology. In: Watson R.R., ed. Drugs of Abuse and Immune Function. Boca Raton: CRC Press USA, 1990: 113-123.