Novartis: trente années pour interdire la fumée de tabac passive !

Il aura fallu plus de trente années aux « experts » de l’industrie pharmaceutique et finalement à la direction de Novartis (Daniel Vasella, médecin de formation…) pour enfin interdire en 2006 la fumée de tabac passive, ce qui prouve définitivement que ces personnes ne se sentent pas du tout concernés par les problèmes de santé publique et que seul le profit tiré du traitement des maladies les intéressent.
Ce triste constat ne surprend en fin de compte pas du tout car la direction de Novatis avec Daniel Vasella, médecin et Jörg Reinhardt, pharmacien n’a jamais publié aucune recherche scientifique dans quelque domaine que ce soit! On peut facilement le vérifier sur la banque de données américaines PubMed (www.pubmed.org) et comme leurs subordonnées ne se sentent pas concernés également, il ne s’est rien passé pendant les trente années que j’ai passées dans cette entreprise (Ciba-Geigy, Ciba et Novartis). Pour la petite histoire, on peut voir deux de mes publications majeures…(1,2).
Evidemment, on peut comprendre aisément qu’il est impossible de chasser le gibier dans le Tyrol autrichien et en plus de réfléchir pour protéger la santé de ses employés.
Toute l’industrie pharmaceutique est concernée ainsi que le système de santé (médecins, pharmaciens) car les maladies provoquées par la fumée de tabac ainsi que la fumée de tabac passive sont une source de profit considérable avec les traitements anti-cancéreux, anti-asthmatiques, dermatologiques, etc.
Mais le plus grand gagnant dans cette histoire est l’Etat qui tire un profit considérable en vendant le tabac. Donc la boucle est bouclée et seul les fumeurs et les fumeurs passsifs sont les victimes de ce système. Citoyens, réfléchissez bien avant de fumer ou de respirer la fumée de tabac des fumeurs !

1. Sudan BJL. Transdermal nicotine and placebo. The Lancet, i, 8633, 334.

2. Sudan BJL, Sainte-Laudy J. Nicotine and Immunology in « Drugs of Abuse and immune functions », ed. Watson RR, CRC Press, Boca Raton, pages 113-123, 1990

Fermer le menu