Interdiction de la fumée de tabac passive dans l’industrie pharmaceutique à Bâle: 1975-2006, trente années de combat!

Depuis janvier 1975 (Ciba-Geigy) et jusqu’à mon licenciement fin 2006 (Novartis), j’ai connu une belle histoire qui concernait directement la santé des êtres humains et j’ai pu apprécié la lenteur que des « scientifiques », « experts », « responsables » ont mis pour interdire la fumée de tabac passive dans les laboratoires de l’industrie pharmaceutique: un bel exemple du manque de réalisme et d’anticipation de ces personnes.
En effet, les titres de mes premières publications étaient évocateurs et en anglais…(réf.1,2) car la lutte contre la fumée de tabac passive ne mobilisait pas beaucoup spécialement en Suisse où l’industrie privée du tabac avait une présence forte.
Un certain nombre de « scientifiques » de l’industrie pharmaceutique « souriaient »: ils sont devenus maintenant brusquement « non fumeurs ».
J’ai même connu le cas d’un vétérinaire qui fumait son cigare post-prandial dans son bureau et qui devint brusquement non-fumeur en public…lorsque Novartis interdit définitivement le tabac en 2006 peu avant mon licenciement…
Le plus comique pendant ces trente années fut certainement le retour en arrière de dix années lors de l’absorption de Ciba par Sandoz, donc de la « fusion » Novartis en 1996: la fumée de tabac passive était omniprésente et il a fallu à nouveau batailler…
On peut se poser des questions sur les motivations exactes de l’industrie pharmaceutique pour ne pas trop accélérer l’interdiction générale de fumée en public: récemment, Novartis annonçait des résultats prometteurs pour son broncho-dilatateur QAB 149 contre la toux des fumeurs…

1. Sudan BJL: Breathing other people’s smoke. British Medical Journal, 2, 895, 1978.
2. Sudan BJL: Passive smoking: nicotine, a hapten. Food and Chemical Toxicology, 20, 629, 1982.